L'Alliance des journaux européens: «Pour tirer l'information vers le haut»

Le Soir participe à l'Alliance européenne des journaux leaders. Leurs dirigeants en parlent.

Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Rossel ( Le Soir ) : « Nous voulons tirer l’information vers le haut »

Bernard Marchant, administrateur délégué

L’objectif de LENA est d’avoir un meilleur contenu, en partageant des informations entre les sept rédactions, en décrochant de meilleures interviews, en faisant de l’investigation… Nous voulons tirer l’information vers le haut. Le but de ce genre de synergies, ce n’est pas de faire des économies. C’est de permettre aux journalistes d’aller plus loin dans le traitement de l’information. Dans le journalisme, on court toujours derrière l’information. Avec LENA, l’objectif est de moins courir, mais d’anticiper davantage. C’est pour ça que nous devons unir nos forces. Il est impossible pour les journalistes du Soir de courir à eux seuls après l’ensemble des matières. Donc, si l’on veut avoir des journalistes qui travaillent dans un environnement qualitatif, il faut qu’ils partagent un certain nombre de défis avec des collègues d’autres pays. Maintenant, l’alliance LENA ne veut pas obligatoirement dire qu’il y aura plus de sujets internationaux dans Le Soir. La différence sera plus qualitative que quantitative. »

La Repubblica : « Se placer à la jonction entre journalisme et technologie »

Pier Paolo Cervi, directeur digital

Nous pensons sincèrement qu’il y a une opportunité à saisir autour de la création d’une opinion publique en Europe, pour participer au processus démocratique. Le journalisme de qualité est la clef pour y arriver. Mais le monde évolue et l’environnement numérique nous impose aussi un grand défi. Aujourd’hui, c’est comme cela que ça fonctionne : si on veut rester dans la course, il faut investir dans la technologie. Nous devons joindre nos forces pour être capables de rester à cette jonction entre journalisme et technologie. Et c’est notamment le but de cette alliance…

Die Welt :  Nos lecteurs attendent ce genre de sujets »

Marius Schneider, chef de rédaction

LENA est bien entendu née du fait que l’espace politique européen influence aujourd’hui énormément les espaces politiques nationaux. Les décisions sont tellement importantes au niveau européen pour les différentes politiques nationales… C’est pourquoi il faut de l’enthousiasme journalistique autour de l’Europe ! D’où le projet LENA. Aujourd’hui, les informations sont si précises ! Avec les lecteurs qui s’informent sur internet, sur mobile… Ils savent tellement de choses ! C’est pourquoi nous trouvons intéressant de leur apporter de l’information avec la perspective du pays directement concerné. Nos lecteurs veulent savoir ce qui se passe en France à travers des yeux français, ils veulent savoir ce que les Espagnols vivent aujourd’hui, etc. Nos lecteurs attendent vraiment ce genre de sujets. Ces derniers temps, on a constaté dans l’intérêt des lecteurs un retour des sujets liés aux affaires étrangères. L’Ukraine, par exemple. La sphère internationale est donc de plus en plus importante pour nous.

Tamedia (Tages Anzeiger/La Tribune de Genève ) : « Je n’exclus pas l’idée d’inviter d’autres partenaires »

Pietro Supino, président du conseil d’administration

C’est une belle journée, parce que c’est un projet qui se concrétise ! L’idée est née en décembre 2013, lors d’un dîner entre rédacteurs en chef à Zurich. Ce soir-là, au-delà de la coopération journalistique, on a vu un deuxième champ d’action sur lequel on pouvait collaborer : celui du développement technologique. En travaillant ensemble sur ces deux points, je suis sûr que l’on va créer beaucoup de valeur ajoutée pour nos journaux, mais aussi pour nos lecteurs. Je n’exclus pas qu’une fois l’initiative bien lancée, on invite d’autres partenaires. Mais pour le moment, il faut veiller à ne pas faire croître la complexité du projet, qui est déjà grande vu qu’il s’agit de sept journaux différents, qui ont chacun leur culture et leur façon de travailler. Mais c’est là que se trouve la richesse de LENA…

Le Figaro : « C’est plus qu’une énième alliance entre des médias européens »

Sofia Bengana, éditrice

On faisait déjà des collaborations informelles : des rencontres au sein des rédactions, Le Figaro avait déjà accueilli Le Soir ou la Repubblica dans ses locaux par exemple… Mais maintenant, avec LENA, on va collaborer de façon plus formelle. Les lecteurs pourraient se dire : « Ah, c’est une énième alliance entre des médias européens. » Mais ce n’est pas le cas. Nous avons notamment Javier Moreno pour diriger le projet. Il est un acteur important dans cette alliance, une personnalité forte… C’est un ancien journaliste, qui comprend le défi actuel de la presse écrite. De mon point de vue, les sept journaux doivent nourrir l’opinion publique, bien entendu. Mais chacun doit garder sa propre approche sur les questions politiques, par exemple. Je ne pense pas que nous ayons tous les mêmes positions sur tous les sujets.

PRISA (El País) : « Le grand défi, c’est la formation d’une opinion publique européenne »

Juan Luis Cebrian, éditeur

La presse écrite est aujourd’hui dans une situation à la fois très difficile et très intéressante. Nous ne savons pas ce qui va se passer avec les nouvelles technologies… Avec LENA, nous allons donc travailler ensemble pour découvrir le futur de la presse. Mais nous allons aussi travailler à la formation d’une opinion publique européenne, parce que la presse est en crise, et l’Europe l’est également. La démocratie représentative est en crise. Or, la presse appartient historiquement à la démocratie représentative. El País est né après la mort de Franco. C’est le premier journal espagnol à avoir été publié après l’instauration de la démocratie ! Nos valeurs premières sont la démocratie et l’Europe. Nous pensons donc que s’associer avec les journaux européens qui partagent ces mêmes valeurs, c’est une valeur ajoutée pour tout le monde. Le grand défi est donc celui de la formation d’une opinion publique européenne. Parce que comment peut-on faire de la politique européenne s’il n’y a pas d’opinion publique européenne ?

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une