L’AEC Mons ne sera pas repris par Salvatore Curaba

Temps de lecture: 2 min

Les hésitations et doutes de l’ancien joueur de Charleroi, Salvatore Curaba, CEO d’Easi, une entreprise spécialisée en informatique de Nivelles, l’ont finalement emporté sur son envie de sauver et de reprendre l’AEC Mons, qui avait déposé le bilan le 16 février.

Alors que sa décision était attendue le mardi le 17 mars, c’est ce jeudi matin, peut-on lire sur le site de La Dernière Heure – Les Sports, qu’il a officiellement renoncé à la reprise des activités du matricule 44.

Curaba était le principal voire l’unique candidat repreneur. Il a surpris tout le monde à Mons en faisant connaître sa décision avent le match de samedi soir (20h) contre Tubize qu’il avait qualifié de décisif, en demandant aux supporters de se mobiliser en masse pour remplir le Tondreau.

Comme souvent dans pareil cas, le candidat repreneur aurait découvert que les dettes à apurer se situaient beaucoup plus haut qu’annoncé, et même au-dessus de 2,5 millions. Et les créanciers, une majorité d’entre eux du moins, n’étaient pas prêts à les effacer.

Le Tribunal de Commerce avait permis au club de poursuivre ses activités jusqu’au 31 mars. Il reste donc jusqu’à la fin du mois pour attirer un improbable sauveur… Il reste maintenant deux semaines au curateur pour éviter une chute d’au moins un étage de Mons. Sans reprise au 31 mars, le club pourrait survivre en D3 dans le cas où les dettes fédérales (550.000 euros) étaient épongées, précise encore la DH.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une