Le groupe État islamique annonce accepter l’allégeance de Boko Haram

L’organisation terroriste nigériane avait déclaré dans un message audio qu’elle « s’affiliait » à Daesh.

Temps de lecture: 3 min

L’organisation jihadiste État islamique (EI) a accepté l’allégeance du groupe islamiste nigérian Boko Haram et assuré qu’il poursuivrait son expansion, selon un enregistrement audio diffusé jeudi et présenté comme un discours du porte-parole de l’EI, Abou Mohamed al-Adnani.

« Nous vous annonçons la bonne nouvelle de l’expansion du califat à l’Afrique de l’Ouest car le calife, que Dieu le préserve, a accepté l’allégeance de nos frères du groupe sunnite pour la prédication et le jihad  », le nom en arabe de Boko Haram, qui a annoncé début mars son allégeance à l’organisation extrémiste.

Dans l’enregistrement d’une trentaine de minutes diffusé sur les réseaux sociaux, Adnani demande aux musulmans « de se rendre en Afrique de l’Ouest afin de rejoindre nos frères combattant sur place ».

« Notre califat résiste et avance »

Boko Haram, dont on évalue le nombre de combattants à plusieurs milliers, multiplie les attentats sanglants dans les grandes villes du nord du Nigeria et les massacres de villageois dans les zones reculées, dans ce pays et parfois dans les États voisins. L’EI, de son côté, s’est emparé de larges pans du territoire irakien depuis juin et de grandes zones en Syrie voisine, et y a déclaré un califat.

« Notre califat résiste et avance dans la bonne voie et à pas assurés. Nous combattons les croisés et la rafidah (la communauté chiite, ndlr) et jour après jour, l’Etat islamique devient fort  », a affirmé Adnani dans l’enregistrement.

Une coalition internationale mise sur pied par les Etats-Unis frappe depuis août les jihadistes en Irak, appuyant des offensives terrestres de l’armée et de milices chiites, qui sont parvenues à reprendre du terrain après plusieurs semaines de débandade. Le plus haut gradé américain, le général Martin Dempsey, a ainsi récemment déclaré que « l’aspect militaire  » de la campagne antijihadistes « se passait bien  », et que le groupe EI était « sous pression dans presque chaque coin de l’Irak  ».

L’offensive irakienne

Les forces irakiennes ont lancé, il y a 11 jours, leur plus vaste offensive, pour tenter de reprendre Tikrit. Elles ont annoncé mercredi être entrées dans la ville, où elles assiègent désormais les jihadistes qui y sont retranchés.

Mais « les victoires proclamées par la coalition ne sont que des victoires illusoires qui consistent en la reprise de petits pouces de terre en Irak », a lancé Adnadni. « Grâce à Dieu, les épreuves que nous endurons vont passer », a dit le porte-parole, minimisant les pertes de territoires enregistrées ces derniers jours.

Lors de l’annonce de l’allégeance de Boko Haram à l’EI, Peter Pham, directeur du programme Afrique du centre de réflexion Atlantic Council, à Washington, avait estimé que c’était l’occasion pour le groupe extrémiste « de se présenter comme étant en expansion continue, d’accroître son aura, de passer pour inévitable. Il est sur la défensive en Irak et en Syrie, c’est l’occasion de se présenter comme en expansion ailleurs ».

Au Nigeria, depuis 2009, l’insurrection islamiste et sa répression ont fait plus de 13.000 morts et 1,5 million de déplacés. L’armée nigériane, aidée par le Cameroun, le Tchad et le Niger voisins, a récemment lancé une contre-offensive et réussi à reprendre un certain nombre de localités des mains des islamistes dans le nord-est du Nigeria.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une