Netanyahou promet plus de logements pour les colons à Jérusalem

Par ailleurs, le Premier ministre israélien a écarté toute création d’un Etat palestinien s’il était réélu.

Temps de lecture: 2 min

Le Premier ministre israélien sortant Benjamin Netanyahou a promis lundi de continuer à construire des logements pour colons à Jérusalem-Est occupée avec le but déclaré d’empêcher une division de la ville et l’établissement éventuel d’une capitale pour les Palestiniens dans sa partie orientale.

M. Netanyahou a accusé ses adversaires aux élections parlementaires d’être prêts à une partition de la ville. «Je ne le permettrai pas. Moi et mes amis du Likoud (son parti de droite) préserveront l’unité de Jérusalem dans son intégralité. Nous continuerons à fortifier Jérusalem pour qu’on ne puisse la diviser et qu’elle reste unifiée pour toujours», a-t-il dit à la veille du scrutin.

La colonisation illégale

«Nous continuerons de construire à Jérusalem, nous construirons des milliers de nouveaux logements, nous ne céderons pas malgré toutes les pressions exercées sur nous et nous continuerons à développer notre capitale éternelle», a-t-il dit. Symboliquement, il a réservé quasiment le dernier déplacement de sa campagne à l’une des colonies les plus contestées, celle de Har Homa, aux confins des quartiers palestiniens de Jérusalem-Est et du sud de la Cisjordanie.

La communauté internationale considère comme illégale la colonisation, la construction d’habitations civiles dans les territoires occupés ou annexés par Israël depuis 1967. M. Netanyahou l’a cependant poursuivie sans relâche à la suite de ses prédécesseurs, y compris à Jérusalem-Est, où les Palestiniens veulent établir la capitale de l’Etat auquel ils aspirent.

« Non » à un Etat palestinien

Benjamin Netanyahu a, en outre, écarté ce lundi la création d’un Etat palestinien s’il conserve son poste après les élections, invoquant le danger que les territoires qui seraient cédés tombent aux mains des extrémistes islamistes : «Tous ceux qui veulent la création d’un Etat palestinien et le retrait de territoires rendent ces territoires vulnérables à des attaques de l’islam extrémiste contre l’Etat d’Israël. Telle est la réalité qui s’est imposée ces dernières années. Celui qui n’en tient pas compte joue les autruches», a-t-il dit au site d’information NRG.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une