Le Wagon initie les entrepreneurs à la programmation

Mis sur les rails en 2013 à Paris, Le Wagon propose à des entrepreneurs établis ou en devenir de se familiariser en neuf semaines aux joies de la programmation informatique. Cette initiative originale, qui a pour objectif de rapprocher compétences « business » et informatiques, a mis le cap sur Bruxelles l’automne dernier et vient de boucler sa première promotion ce 13 mars.

21 « élèves » y ont pris part, dont une dizaine ont fait spécialement le voyage d’un peu partout en Europe, voire même du Canada. « Nous constatons une forte demande pour ce genre de formations intensives. Beaucoup d’entrepreneurs potentiels sont freinés dans le développement de leur projet parce qu’ils ne trouvent pas les bons développeurs informatiques. Ou certains les trouvent, mais à prix fort et sans nécessairement obtenir les résultats escomptés », constate Anne Collet, formatrice et coorganisatrice de ce Wagon au centre de Bruxelles, en tandem avec Martin Van Aken. Le prix de la formation, tout de même 3.900 euros, n’est visiblement pas un problème pour un public composé majoritairement de jeunes trentenaires qui ont déjà pu mettre de côté dans de grandes entreprises. « Aux Etats-Unis, des developer bootcamps comparables commencent à 10.000 euros. La plupart de nos participants parviennent à rentabiliser leur investissement très rapidement, soit en développant eux-mêmes certaines fonctionnalités, soit en ne se laissant plus gruger par des développeurs peu scrupuleux », argue Anne Collet.

Active dans le recrutement, cette Liégeoise a été amenée à gérer de plus en plus de projets informatiques sans toujours les comprendre, jusqu’à ce qu’elle décide de se réorienter complètement vers la programmation, après un master en TIC à l’UBL, suivi d’une formation pratique de 15 mois à l’ASBL Interface3 à Namur. « Parmi les quelque 150 personnes qui ont suivi les formations à Paris, 70 % concrétisent leur projet d’entreprise en poursuivant sur une voie “business”, tandis que 30 % persévèrent dans la programmation, ajoute-t-elle. Coder n’est pas si difficile, ce n’est pas de la science nucléaire. »

Des projets pas mal aboutis

La preuve, après deux gros mois de formation accélérée, les 21 participants, regroupés en équipes de 2 ou 3, peuvent déjà présenter des prototypes d’applications web bien avancés. Trois participantes – tout de même 6 femmes parmi les 21 apprentis développeurs – qui ne se connaissaient pas au début de la formation, ont même lancé une application Kidzeum.co qui rend la visite au musée plus ludique pour les enfants de 7 à 10 ans. Cette appli sera déjà opérationnelle au Musée Van Buuren à Bruxelles d’ici deux semaines.

Parmi les autres projets les plus aboutis figurent également un site de recherche d’hôtels Hotelsify.me, qui se veut plus « intuitif » que les AirBnB et autre Booking.com, ou une future plateforme AngelLayer qui met en relation entrepreneurs et investisseurs à risque.

Le Wagon Bruxelles a déjà inscrit trois autres bootcamps à son programme cette année et organise régulièrement des soirées, gratuites celles-là, sur les enjeux de la programmation et du numérique en général. L’organisation planche sur des formats de formation plus courts, se libérer neuf semaines en journée constituant une contrainte insurmontable pour nombre d’entrepreneurs.