Voici le projet du futur stade national à Bruxelles (photos)

Ce jeudi, Yvan Mayeur, bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Alain Courtois, premier échevin en charge des Sports, Rudi Vervoort, ministre-président de la Région de Bruxelles-Capitale, et Guy Vanhengel, ministre bruxellois chargé des Finances et du Budget, ont présenté le projet retenu pour le stade national.

Leur choix s’est porté sur le projet de BAM-Ghelamco pour l’attribution du marché, la conception, la construction, le financement et la maintenance du futur stade national de 60.000 places. Les négociations entre le promoteur et la Ville de Bruxelles en vue de conclure un contrat d’emphytéose débuteront prochainement.

Le stade national doit être construit sur le parking C, un terrain appartenant à la Ville de Bruxelles, mais situé sur le territoire de Grimbergen.

Deux autres candidats étaient en lice : Besix et Denys-FCC-MacQuarie.

Les riverains consultés

Le consortium BAM-Ghelamco s’est félicité de cette décision de le charger d’une « mission dans laquelle toute la population du pays est impliquée sur le plan émotionnel  ».

Le consortium a également insisté sur son intention de ne pas jouer les cavaliers seuls dans ce dossier, et de tenir compte de tous les intérêts en jeu, et « certainement de ceux des riverains  ». Il annonce ainsi la mise en place d’un groupe chargé d’un projet participatif au sein duquel les riverains auront leur mot à dire.

« Le défi est grand et le timing serré. Ce n’est qu’avec l’appui de tout qui est impliqué dans ce projet de rêve, que celui-ci peut-être mené à bien  », a encore indiqué le consortium dans un bref communiqué.

Un projet boosté par l’Euro 2020

Ce projet s’inscrit dans le cadre du championnat d’Europe de football de 2020, qui sera organisé dans plusieurs villes européennes dont Bruxelles. Le stade, dont le chantier est estimé à 300 millions d’euros, doit être construit pour 2018. Les autorités en profitent ainsi pour réaménager le plateau du Heysel et augmenter l’attractivité de la capitale.

« On n’a été aussi loin dans la construction d’une infrastructure moderne, conforme aux normes édictées par l’UEFA et qui tient compte des intérêts des riverains. Vingt ans après l’Euro 2000, on peut aussi espérer que Bruxelles réintègre le concert des nations au plus haut niveau à l’occasion de l’Euro 2020 », a expliqué Alain Courtois.