Attaque de Tunis: les djihadistes de l’Etat islamique portaient des explosifs

Le président tunisien affirme que le pays a « évité une catastrophe ».

Temps de lecture: 2 min

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi a affirmé jeudi que les auteurs de l’attaque sanglante contre le musée du Bardo de Tunis portaient sur eux des « explosifs » et que la « promptitude » des forces de l’ordre a « évité une catastrophe ».

« On a trouvé sur ces gens-là des explosifs terribles qu’ils n’ont pas eu le temps » d’utiliser, a-t-il assuré dans une interview à la chaîne de télévision française TF1, estimant que « la vigilance et la promptitude » des forces de l’ordre a « évité une catastrophe  ».

L’Etat islamique revendique l’attaque

Dans un message audio, le groupe terroriste Etat islamique (EI) a revendiqué l’attaque perpétrée contre le musée du Bardo de Tunis, dont le dernier bilan s’élève à 23 morts (20 étrangers dont une Belge, un Tunisien et les assaillants).

« Dans un communiqué sonore et écrit diffusé sur Twitter, l’Etat islamique s’attribue la responsabilité de l’attaque », indique le site du journal Le Monde. L’assaut, affirme le groupe djihadiste, a été mené par « deux chevaliers de l’Etat du Califat lourdement armés de mitrailleuses et de grenades » baptisés « Abou Zakaria Al-Tounsi » et « Abou Ans Al-Tounsi ». Des noms de guerre qui confirment implicitement la nationalité tunisienne des assaillants.

L’organisation terroriste indique que c’est bien le musée du Bardo qui était visé, afin de faire entrer « la terreur dans le cœur des infidèles ». L’EI qui, promet dans son communiqué d’autres actions sur le sol de la « Tunisie musulmane », affirme pour la première fois sa présence sur le sol tunisien. Le groupe djihadiste, qui sévit en Syrie, en Irak et en Libye, a menacé la Tunisie d’autres attaques.

9 personnes interpellées

La présidence tunisienne avait annoncé, plus tôt, l’interpellation de neuf personnes suspectées d’avoir été en relation avec les deux assaillants.

Dans son communiqué, la présidence avait aussi indiqué que des mesures allaient être prises pour renforcer les forces armées et celles de l’ordre, le contrôle des frontières poreuses avec la Libye et l’Algérie ainsi que la coopération entre les différents corps responsables de la sécurité de la Tunisie.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une