S'identifier S'abonner

Willy Demeyer (PS): «Il n’y a pas d’autre solution qu’un maintien du projet de tram liégeois»

Le bourgmestre de Liège et l’échevin à la Mobilité Michel Firket ont réagi à la communication d’Eurostat.

Par la rédaction

Temps de lecture: 2 min

Le bourgmestre de Liège Willy Demeyer et l’échevin à la Mobilité Michel Firket ont réagi à la communication d’Eurostat, qui a recalé le plan de financement du tram liégeois.

« Nous avons pris connaissance de la prise de position d’Eurostat à l’égard du mécanisme wallon de financement du tram à Liège. Des premiers contacts entrepris cet après-midi, nous savons - et nous les en remercions d’avance - que les autorités politiques et administratives wallonnes mettront tout en œuvre pour répondre positivement aux objections émises par cet organisme européen. Une chose est certaine : quelle que soit la technique utilisée, il n’y aura pas d’autre solution qu’un maintien du projet de tram au cœur de la Métropole liégeoise pour lequel la Wallonie, la SRWT et la Ville travaillent de concert et d’arrache-pied depuis plusieurs années ».

Le ministre wallon des travaux publics Carlo Di Antonio a lui aussi réagi plus tôt dans la soirée.

« C’est une tuile effectivement. Mais nous allons trouver des solutions pour que ce projet puisse se réaliser  », a commenté le ministre Di Antonio (CDH) sur le réseau social Twitter, confirmant l’information. « Nous sommes déterminés à réaliser cette infrastructure et je déposerai en urgence une note au prochain gouvernement wallon  », a-t-il ajouté.

Un budget trop étalé

Eurostat a recalé le projet de tram liégeois ce jeudi. En cause ? Le mode de financement du projet, basé sur un partenariat public-privé. L’Organisme européen de surveillance des normes comptables des pouvoirs locaux estime que la dépense que représente le tram pour la Région wallonne, soit 380 millions d’euros, devrait être inscrite en une fois dans le budget. Or la Région wallonne est actuellement dans l’impossibilité de fournir un tel effort.

Les partenariats public-privé sont monnaie courante. Le principe ? Le secteur privé investit rapidement des fonds importants et prend à sa charge la conception, les travaux ainsi que l’entretien, en contrepartie de quoi les pouvoirs publics lui versent une redevance annuelle pendant un temps donné.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP