Décès d’un SDF à Namur: Maxime Prévot conteste avoir «laissé mourir» qui que ce soit

Le bourgmestre de la ville a répondu aux attaques d’Eliane Tillieux, cheffe du groupe PS au parlement wallon.

Temps de lecture: 2 min

Q uand vous claironnez partout que notre règlement est illégal, c’est faux ! », a adressé jeudi au conseil communal le bourgmestre de Namur, Maxime Prévot, à Eliane Tillieux, cheffe du groupe PS, qui a indiqué mercredi dans la presse et jeudi au conseil communal que le règlement en vigueur à l’abri de nuit de Namur était en contradiction avec le Code wallon de l’Action sociale.

A lire : Décès d’un SDF à Namur : une enquête est ouverte

Le débat fait suite au décès d’un SDF à Namur le 7 mars dernier. Le quinquagénaire avait épuisé son quota de quarante-cinq nuitées et avait donc été refusé alors que « 3/4 des lits étaient inoccupés  », indique Eliane Tillieux, qui estime que « la Ville a laissé mourir une personne ».

A lire : Namur : le décès du SDF chamboule l’abri de nuit

Maxime Prévot conteste avoir « laissé mourir » qui que ce soit. « Ce n’est pas que les élus que vous insultez en disant cela, ce sont les travailleurs sociaux qui se sont sentis salis et insultés  », a-t-il commenté.

Et Maxime Prévot de reprendre à son tour un article du Code wallon de l’Action sociale, l’article 69 : «  Les abris de nuit ont pour mission d’assurer inconditionnellement, sous réserve de l’article 104, aux personnes en difficultés sociales dépourvues de logement, un hébergement collectif d’urgence pour la nuit. Et que dit l’article 104 au premier paragraphe ? Sauf lorsque la durée maximale d’hébergement éventuellement prévue par l’abri de nuit est atteinte ! ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une