Les produits du terroir plus accessibles

Parler terroir ne suffit pas, il faut agir ! Si cela bouge beaucoup depuis quelques années en Lorraine, avec le marché fermier de la halle de Han, avec l’association des Grosses Légumes et le réseau Solidairement, notamment, le concept se met aussi en place dans le nord de la province.

C’est dans cet esprit de soutien au monde agricole en quête de diversification et aux producteurs locaux qu’un groupement d’achat commun (GAC) a été créé en 2010 par l’ADL, l’agence de développement local de Durbuy. Il permettait et permet toujours de structurer une certaine demande. 14 producteurs et 32 familles y ont adhéré, pour un service de fourniture de toutes variétés, tous les 15 jours. Cela fonctionne toujours avec ce groupe de base qui s’autogère et a trouvé son rythme de croisière.

« Mais en 2012, l’office du tourisme durbuysien s’engage dans un club Destination Terroir qui sensibilise au fait qu’être « Tables et terroir » par exemple ne signifie pas toujours utiliser régulièrement des produits du terroir. Souvent, cela se limite à 5 ou 10 % maximum de ces produits, note Xavier Lechien, directeur de l’ADL de Durbuy. Certains restaurateurs souhaitaient en utiliser plus, mais le réseau de distribution est complexe. L’ADL a dès lors mis en ligne un catalogue exhaustif de tous les producteurs. Mais on a remarqué que si consultation il y avait, c’était moins probant côté commandes, notamment pour des problèmes de quantités à commander. Certains producteurs ont aussi décidé de ne pas participer à ce réseau parce que leur production était insuffisante et qu’ils n’avaient pas l’envie ou la possibilité de grossir leur production. Il en est resté 6 sur 14. »

L’ADL a donc recherché d’autres producteurs hors de la commune, dans l’arrondissement marchois, pour étoffer la gamme et a ouvert il y a un an un magasin virtuel «Li Terroir», toujours destiné au secteur horeca. Aujourd’hui, Li Terroir élargit son champ en ouvrant ce site de commande à n’importe quel consommateur de l’arrondissement de Marche, plus Somme-Leuze et Rochefort, ceci à la demande des producteurs qui souhaitaient mieux écouler leurs produits. L’ASBL reste par ailleurs ouverte à l’adhésion d’autres producteurs. Ils sont actuellement 34, pour 500 produits. Chacun peut donc commander sur le site pour le dimanche soir. Les producteurs acheminent les commandes à un point de distribution collectif, la salle paroissiale de Hotton, pour le jeudi fin de journée. Tout a été prépayé via le site. « Les clients qui ne peuvent venir sur place peuvent bénéficier d’une livraison personnalisée, via l’épicerie ambulante Terr’O local mais le forfait est de 25 euros. L’idéal serait évidemment que l’on touche beaucoup plus de clients et qu’il y ait regroupement des commandes par village », poursuit Xavier Lechien.

En comparaison, en Gaume, c’est le réseau Solidairement qui assure le ramassage des produits et leur distribution dans le réseau des épiceries locales.