La marée du siècle tombe un peu à l’eau au Crotoy

Dimanche matin au Crotoy, dans la baie de Somme, la plupart des touristes sont repartis chez eux ou ont regagné leur chambre d’hôtel pour la nuit. D’autres ne viendront que plus tard dans la journée pour observer le spectacle. Pourtant, c’est dans la nuit de samedi à dimanche que la marée du siècle aura eu lieu.

Une trentaine d’irréductibles, surtout des locaux, bravent le froid, le vent et viennent voir la marée du siècle. Observer l’arrivée de la marée était bien sûr impossible en pleine nuit mais les lumières du port permettaient de contempler la marée haute au bord des quais. «  C’est plus calme le soir, les touristes ne sont plus là. En plus, si la mer doit se montrer un peu impressionnante, ce sera maintenant », explique un habitant de la Région.

C’est en effet cette nuit que le coefficient de marée était le plus élevé. 119 sur une échelle qui va de 20 à 120. Évidemment, la nuit tombée, on observe moins bien la mer qui envahit, à son rythme, la baie de Somme.

La plupart se sont, du coup, contentés des coefficients, plus bas, à 118 de la veille et du lendemain. Malheureusement pour eux, heureusement pour les riverains, le vent d’Est a calmé les flots. Évitant ainsi l’inondation des rues qui longent la baie. Ainsi pour beaucoup, la marée du siècle aura été moins impressionnante que certaines grandes marées lorsque le vent vient du large et déchaîne les flots.

L’événement, historique puisqu’il ne se produit que tous les 18 ans et demi –, n’aura donc été qu’un spectacle en demi-teinte, vu la météo calme. Ce qui n’a pas empêché les flots de touristes de se déverser durant tout le week-end, au grand bonheur des nombreux professionnels du tourisme de la région. Pour eux, la saison a commencé en avance. Les téléphones ne cessent de sonner, pour réserver tables ou chambres, dans des établissements pourtant complets depuis quelques semaines.

– > Le reportage photo

Minuit cinquante…

C’est donc à minuit cinquante, lorsque tous -ou presque- dorment que la marée se sera montrée la plus forte. Quelques vagues, quelques éclaboussures. « Ce n’est pas la marée du siècle, pas même la marée du mois  », lance Bernard, un autre Crotellois, un peu déçu.

Les habitants de la région, eux, sont moins impressionnables que les touristes. Ils sourient lorsqu’on leur parle de « marée du siècle ». La mer déchaînée et imprévisible, la vraie, ils l’ont déjà observée. Plus d’une fois.

«  Beaucoup ne se fient qu’aux coefficients, mais ils ne sont qu’un paramètre parmi tant d’autres », explique Bernard. « Le plus important c’est la météo. Si on veut du spectacle, il faut venir quand le vent souffle fort ».

Au Crotoy, les habitants n’ont pas à remonter très loin pour se souvenir d’une belle marée. « Le mois passé, on n’avait qu’un coefficient de 110 mais les flots étaient bien plus violents. Le parking du port était sous eau pendant quelques heures. C’est vraiment dommage, avec le vent qui vient de la terre, c’est comme si on avait un coefficient de 105 avec du vent ».

Un détail, tout de même, impressionne les locaux. Le bateau de pêche présent sur le quai du port.« Ça, c’est plutôt rare. En général il faut une très grosse marée pour que le bateau puisse s’amarrer au Crotoy pour y vendre le produit de sa pêche », ajoute Bernard.

Sur le même sujet
InondationMétéo