Finale de la Coupe reportée d’une demi-heure: «Priorité à la sécurité», répond Mayeur

Incroyable mais vrai. Le coup d’envoi de la finale de la Coupe de Belgique entre le FC Bruges et le Sporting d’Anderlecht a été donné avec 30 minutes de retard.

En cause, les embouteillages sur le ring de Bruxelles qui ont considérablement retardé l’arrivée des deux équipes, mais aussi celle des arbitres de la rencontre, emmenés par Serge Gumienny.

Cette situation pour le moins improbable pour un match de cette importance pose en tout cas question. Les deux clubs ont-ils fait preuve d’un défaut de prévoyance en quittant leurs bases trop tard ou le plan de circulation autour du stade roi Baudouin et/ou sur le ring manquait-il d’efficacité ?

Yvan Mayeur : « C’est un match à risques »

Reste à savoir pourquoi Bruxelles était paralysée par des embouteillages aussi importants, un dimanche après-midi. Joint par nos soins au stade, Yvan Mayeur explique et assume : « Notre priorité absolue, c’était d’assurer la sécurité. C’est un match à risques. Nous avons dès lors appliqué le dispositif imaginé lors de l’Euro 2000, lequel prévoit de fermer l’avenue Houba de Strooper. »

Pour le bourgmestre de la Ville de Bruxelles, cette décision est la seule qui permet d’assurer l’étanchéité totale entre les deux camps. « C’est un peu comme si on coupait le stade en deux, en diagonale. Cela permet de garantir qu’à aucun moment, ni avant le match, ni pendant, ni après, les supporters des deux clubs ne se croisent. Par ailleurs, c’est avenue Houba de Strooper que se trouvent les cafés où pourraient éclater les bagarres. Une raison supplémentaire pour la fermer. »

Une fermeture assez rare, le nombre de matchs à aussi haut risque, joués au stade Roi Baudouin étant limité. C’est, selon Yvan Mayeur, cette disposition qui serait à l’origine des embouteillages impressionnants, ce dimanche. Autre facteur renforçant l’affluence, et donc le chaos : « il y avait des salons organisés dans les Palais du Heysel. Et, ce soir, le concert, au Palais 12, de Nicki Minaj ». Soit 15.000 personnes en plus des supporters.

Pire encore avec le stade national ?

Faut-il, dès lors, s’attendre au pire, lorsque le nouveau stade sera construit, avec ses 60.000 places ? A la Ville de Bruxelles, on se veut rassurant. Lors de la présentation du projet de stade national, jeudi, il se murmurait d’ailleurs que le plan de mobilité avait été l’un des éléments qui avait joué en faveur du consortium Ghelamco/BAM/Jaspers. Yvan Mayeur ne se prononce pas sur ce point, mais assure que le projet permettra d’éviter les files.

« Il prévoit deux accès totalement séparés au nouveau stade, et ce, dès le Ring de Bruxelles, et jusqu’au parking puis au stade. On pourra donc organiser deux flux totalement séparés sans plus avoir à fermer l’avenue Houba de Strooper. »

Trop peu de métros ?

Certains supporters se sont par ailleurs émus de l’affluence (impressionnante) et des fréquences (limitées) sur le réseau de métro. A la Stib, on assure avoir appliqué « le dispositif classique » pour un match de foot.

« Deux rames de métro supplémentaires ont été prévues », explique le porte-parole de la Société de transports. Deux rames, n’est-ce pas peu, alors que le Heysel accueille tout à la fois un match de football et un concert (Nicki Minaj) ? « Non », poursuit le porte-parole. « La semaine dernière, nous avions un salon qui attirait 10.000 personnes et le spectacle Violetta et nous n’avons pas eu de problèmes. »