Les anciens malades du cancer n’ont pas encore «le droit à l’oubli»