Paul Magnette: «La N-VA se rapproche du langage du Vlaams Belang»

Invité de « Jeudi en prime », le rendez-vous politique de la RTBF, Paul Magnette est revenu sur les propos polémiques de Bart De Wever à l’égard de la communauté berbère d’Anvers, lesquels ont encore secoué la Chambre en séance plénière. « Ça me choque. C’est une banalisation du racisme. Le principe de l’action de De Wever est de diviser les gens depuis des années, maintenant aussi les Flamands eux-mêmes, avec les Flamands d’origine étrangère et les autres. Il faut que les hommes et femmes politiques de ce pays, qui sont attachés aux principes fondamentaux, condamnent ces propos », a-t-il avancé.

« La N-VA court derrière l’extrême droite »

Et d’ajouter : « La N-VA court derrière l’extrême droite, Bart De Wever est allé chercher un électorat d’extrême droite en tenant un langage qui devient le même que celui du Vlaams Belang. C’est très préoccupant pour l’évolution de la Flandre. »

Pour le ministre-président wallon, le discours des nationalistes flamands tend à se rapprocher de celui du Vlaams Belang. « J’ai toujours dit qu’il y avait une différence entre la N-VA et le Vlaams Belang. Mais, aujourd’hui, je dois constater que cette frontière est occupée à disparaître. En difficulté dans les sondages depuis que les nationalistes flamands sont au gouvernement fédéral, il tente de s’en sortir en courant derrière l’extrême droite. C’est désastreux.»

« Charles Michel ne peut pas répliquer à la N-VA »

Invité à s’exprimer sur la condamnation du racisme mais pas de la N-VA par le Premier ministre à la Chambre, le socialiste estime que Charles Michel n’a pas fort le choix face à la N-VA, malgré la succession de propos polémiques. « Seul parti francophone au pouvoir, Charles Michel ne peut pas répliquer à la N-VA, qui est l’axe essentiel du gouvernement. Les ministres N-VA savent qu’ils peuvent y aller, sans complexe, car ils pèsent dans cette coalition. »