BNP Paribas Fortis a fourgué des titres grecs à ses clients

Jusqu’à la mi-décembre 2009, malgré la chute de la Bourse d’Athènes, l’entrée de la Grèce en récession et les exhortations de Bruxelles envers Athènes, la banque BNP Paribas Fortis a continué à faire la promotion des obligations d’Etat grecques auprès de ses clients particuliers les plus frileux, de profils défensifs et même conservateurs. Fin novembre 2009, un mail interne donnait pourtant l’alerte à divers cadres de l’entreprise, notamment en Private Banking, mais n’a pas été entendu.

Cinq ans plus tard, pour les victimes, la perte oscille entre 50 à 60 % de leur investissement, même en tenant compte des interventions du Fonds de stabilisation européen. Envolés, les 4 % (et davantage) de rendement annoncé. La banque ne conteste pas les faits techniques, elle conteste par contre le fait qu’au 28 novembre 2009 elle aurait dû douter de la solvabilité de la Grèce.

L’agenda est effectivement déterminant : le 16 décembre 2009, lorsque l’obligation d’Etat grecque est déclassée à BBB+ par Standard & Poor’s, la banque a retiré l’obligation de ses offres « favorites » de « classe de risque 1 » (« risque très faible »). Mais en dépit des évidences du marché – et, répétons-le, d’une alerte interne – BNP Paribas Fortis a maintenu sa promotion durant plusieurs semaines de trop.

Près de 15.000 clients concernés

Aujourd’hui, l’obligation grecque « de bon père de famille » qui devait rapporter 4,14 % avec un « risque très faible » est devenue un bout de papier junk (obligation pourrie), avec une notation (rating) médiocre de C/D. La banque nous affirme qu’il y a « très peu de clients concernés ». Mais lors d’un incident lié à une autre obligation grecque vendue par BNPP Fortis et tout aussi calamiteuse, les courriers internes de la banque nous révèlent que « près de 15.000 clients » sont concernés ! Et dans ce nouveau cas, se trouvent aussi parmi les clients des particuliers au profil défensif. Alors qu’en 2008 le contribuable belge a déjà vidé ses poches pour sauver Fortis, la manière dont la banque a exposé ses clients à la dette grecque laisse songeur.

>>> Notre dossier complet en édition abonnés