Crash A320: un syndicat français de pilotes juge prématuré d’imposer deux personnes dans le cockpit

Le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) a jugé samedi prématuré d’imposer la présence en permanence de deux personnes, dont au moins un pilote, dans le cockpit des avions, après le crash de l’A320 de Germanwings.

L’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) avait préconisé vendredi, à titre temporaire, une telle mesure, après l’accident de mardi qui a fait 150 morts.

Le SNPL « considère que cette recommandation a été décidée dans la précipitation, sans attendre un diagnostic suffisamment complet de l’accident et sans mesure d’impact », explique-t-il dans un communiqué.

« La mesure recommandée n’a pas été suffisamment évaluée, tant sur le plan opérationnel que sur les menaces et les risques induits, comme le reconnaît d’ailleurs explicitement l’EASA dans son communiqué », ajoute-t-il.

Jusque-là, l’Agence européenne n’imposait pas cette mesure, mais préconisait simplement que les pilotes devaient demeurer dans le cockpit tout au long du vol sauf en cas de besoin physiologique.

Plusieurs compagnies aériennes européennes mais aussi le gouvernement canadien ou encore l’autorité aérienne autrichienne ont annoncé cette semaine leur décision d’imposer la présence en permanence de deux membres d’équipage dans le cockpit, à la lumière des premiers éléments dévoilés par l’enquête en France.

A lire : Crash A320 : Brussels Airlines impose la règle des deux personnes dans le cockpit

L’enregistrement phonique dans le cockpit de l’A320 de Germanwings, qui s’est écrasé dans les Alpes, a en effet montré que le copilote avait verrouillé la porte du cockpit après la sortie momentanée du commandant de bord, avant de précipiter l’avion vers le sol.

A lire : Verrouiller le cockpit d’un Airbus : la vidéo de la procédure à suivre

Le président du SNPL, Erick Derivry, a annoncé vendredi son intention de porter plainte contre X après la révélation par la presse de la teneur de cet enregistrement.