Fosse commune en RDC: les appels à une enquête indépendante se multiplient

L’Union européenne a appelé vendredi à ce qu’une enquête « urgente » soit menée sur la fosse commune découverte près de Kinshasa et qui suscite de nombreuses questions en République démocratique du Congo et à l’étranger.

L’Union européenne «  partage les interrogations qui se sont fait jour des différents côtés suite à la découverte d’une fosse commune à Maluku », indique un communiqué de la représentation de l’UE en RDC.

Elle appelle donc à une «  enquête urgente, transparente et crédible » sur ce dossier et se dit «  prête à la soutenir par tous les moyens dont elle dispose ».

>>> Lire aussi : Qui sont ces 425 corps trouvés dans une fosse commune ? (vidéo)

Une fosse commune pour désengorger la morgue ?

Selon les autorités de la ville-province de Kinshasa, la fosse commune de Maluku (à 80 km au nord-est de Kinshasa) contient 421 corps – 300 mort-nés ou foetus, 23 corps abandonnés, 34 indigents et 64 personnes non identifiées – enterrés là le 19 mars pour désengorger la morgue générale de la capitale.

Les autorités ont démenti les rumeurs selon lesquelles la fosse pourrait abriter des victimes des troubles de janvier. Plusieurs dizaines de personnes avaient alors été tuées – essentiellement à Kinshasa – lors de manifestations contre un projet de révision de la loi électorale.

La Belgique a demandé une enquête «  crédible » et «  indépendante », de même que de nombreuses associations congolaises et les organisations de défense des droits de l’Homme Human Rights Watch et Amnesty International.

>>> Lire aussi : Denis Mukwege sur la fosse commune : « Ces corps retrouvés, c’étaient d’abord des êtres humains ! »