S'identifier S'abonner

Bachar el-Assad sur France 2: «Comment des millions de Syriens auraient-ils peur d’un seul homme?»

Le journal de 20h s’est clôturé sur une interview du président syrien par David Pujadas. Une première en quatre ans.

Cheffe adjointe au service Monde

Par Marine Buisson

Temps de lecture: 2 min

« B onsoir Monsieur le président, j’aimerais commencer cette interview sans détour ». Face au président syrien Bachar el-Assad, le journaliste David Pujadas a tenté une entrée en matière offensive ce lundi soir sur France 2. Quatre ans après le début de la guerre en Syrie, c’est la première fois que Bachar el-Assad s’adressait à une télévision française.

La vidéo sur mobile

Parmi les thèmes abordés, on note la répression contre le peuple syrien, les bombardements contre les civils, l’utilisation d’armes chimiques ou encore les relations entre la Syrie et la France.

L’interview, réalisée dimanche à Damas et diffusée ce lundi soir, a provoqué des réactions en cascade auprès des téléspectateurs.

Plusieurs internautes ont néanmoins salué le cran du journaliste.

« J’ai le soutien de mon peuple »

Interrogé sur sa responsabilité face au chaos en Syrie, Bachar el-Assad pointe des « terroristes infiltrés » : « Dès les premières semaines du conflit, les terroristes se sont infiltrés en Syrie avec l’appui d’Etats occidentaux et régionaux. »

Et affirme qu’il a le soutien de son peuple : « Si je n’avais pas de soutien, le peuple n’aurait pas soutenu l’armée et nous n’aurions pas tenu 4 ans . Il y a 23 millions de Syriens : comment peuvent-ils avoir peur d’une seule personne ? Ce n’est pas sensé ».

Bachar Al-Assad nie également l’utilisation de barils explosifs largués depuis des hélicoptères, malgré des photos brandies par David Pujadas. Il martèle : « Ce ne sont pas des preuves. »

>>> Lire aussi : Bachar el-Assad sur France2 : fallait-il lui faire cette pub ? (abonnés)

L’interview sera diffusée en intégralité (25 minutes) sur le site de France 2. La chaîne a été pointée du doigt, certains taxant l’entretien de propagandiste. De son côté, David Pujadas souligne l’intérêt journalistique de l’exercice et précise que Bachar Al-Assad « n’a pas essayé de connaître les questions de [son] interview. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Bons plans Comparateur Guide d'achat Codes promos Belgique Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP