S'identifier S'abonner

Saut d’index: Raoul Hedebouw porte plainte contre Charles Michel et Bart De Wever

Cette action symbolique fait écho au vote du saut d’index attendu mardi soir, ou mercredi, à la Chambre.

Par BELGA

Temps de lecture: 4 min

Le député PTB Raoul Hedebouw et un travailleur d’Audi ont déposé plainte en urgence mardi vers 13h au commissariat de Bockstael à Bruxelles pour vol simple de 34.000 euros à l’encontre du Premier ministre Charles Michel et président de la N-VA, Bart De Wever. Cette plainte sera transmise au parquet de Bruxelles.

Cette action symbolique fait écho au prochain vote du saut d’index, attendu mardi soir ou mercredi à la Chambre.

« Cette mesure gouvernementale est un transfert des employés vers le patronat de l’ordre de deux à trois milliards sur base annuelle », a affirmé M. Hedebouw.

« L’ensemble du mouvement social n’accepte toujours pas ce saut d’index. Ce n’est pas parce qu’il sera voté que le combat s’arrête. Un arrêté royal avait déjà été voté sur les prépensions et pourtant le gouvernement a dû le retirer », a ajouté le député.

Selon lui, la non-indexation de 2 % se traduit au bout de 25 ans de carrière par une perte en pouvoir d’achat de 34.000 euros pour une famille moyenne composée de trois personnes.

« Cette semaine va être celle de la régression sociale »

Un important marathon parlementaire consacré aux réformes du gouvernement portant sur le saut d’index, les pensions dans le secteur public et les droits de greffe en Justice a commencé mardi matin à la Chambre.

« Cette semaine va être celle de la régression sociale », a prédit mardi la cheffe de groupe PS Laurette Onkelinx.

« La taxation du pouvoir d’achat, le rallongement des carrières et la taxation de l’accès à la Justice constituent autant d’atteintes à la Belgique, pays de bien-être », a estimé l’ex-vice-première ministre socialiste qui a rappelé avec fierté avoir toujours su résister aux propositions de sauts d’index lorsqu’elle siégeait au gouvernement.

À lire >>> Saut d’index : ça risque de chauffer à la Chambre

« Économiquement inefficace et socialement injuste », a-t-elle lancé, balayant d’un revers de la main l’argument selon lequel la réforme permettra de favoriser le retour de la compétitivité des entreprises et par là la création d’emplois.

Piqué au vif, le CD&V a une nouvelle fois cité les études de la Banque nationale, et dans une moindre mesure, du Bureau du plan, qui annoncent la création d’emplois. Baisser les charges de façon ciblée en aurait créé bien plus sans appauvrir la population, a répliqué l’opposition.

Assumant la politique menée, le vice-premier ministre CD&V et ministre de l’Emploi Kris Peeters a rappelé qu’elle était le fruit d’une négociation avec « plusieurs partis ».

« Un compromis n’est pas une soumission, n’est pas de la lâcheté », a réagi Laurette Onkelinx selon qui « ce gouvernement est fort avec les faibles et faible avec les riches ». C’est « honteux pour notre pays », a-t-elle conclu.

Le président du CD&V Wouter Beke est également intervenu pour rappeler que son parti s’était toujours opposé à toucher au mécanisme de l’indexation automatique et qu’il continuerait à le faire.

Mardi sur Knack.be, Hendrik Vuye, chef de groupe N-VA, et sa collègue Veerle Wouters ont rappelé le plaidoyer de leur parti en faveur de la suppression de « l’indexation automatique destructrice d’emplois ». La N-VA défend la négociation d’accords « all-in » par secteur.

Laurette Onkelinx s’est particulièrement adressée aux bancs CD&V mardi, rappelant notamment qu’il y a vingt ans feu le Premier ministre Jean-Luc Dehaene avait inclus les revenus financiers dans la politique de modération infligée à la population.

« Le PS n’est plus là, on s’attaque aux revenus des travailleurs »

Aujourd’hui, « le PS n’est plus là, la digue a cédé, on s’attaque aux revenus des travailleurs », a-t-elle constaté alors que les dividendes du Bel 20 rapporteront 11 milliards d’euros aux actionnaires cette année.

Sur les bancs de la majorité, Egbert Lachaert (Open Vld) a rappelé que le saut d’index sera compensé, une affirmation démentie par l’opposition. Celle-ci s’est déchaînée quand le député a réaffirmé que c’est en connaissance de cause que la majorité des partenaires sociaux ont scellé un accord salarial il y a quelques mois.

La séance avait d’ailleurs débuté par le rejet d’une motion du groupe Ecolo-Groen invitant la majorité à publier les chiffres de l’impact budgétaire du saut d’index, le gouvernement refusant notamment de distribuer aux parlementaires l’avis rendu par l’inspection des Finances.

Le direct Suivez, ci-dessous, l’évolution des débats (cliquez ici pour les mobiles)

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Bons plans Comparateur Guide d'achat Codes promos Belgique Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP