Des barrages flottants partout en Wallonie pour contrer les OFNI’s

Une série de barrages flottants sont actuellement placés sur des petits cours d’eau aux quatre coins de la Wallonie. Ils servent à retenir les OFNI’S (Objets Flottants Non Identifiés). Il s’agit principalement de canettes, bouteilles, sacs de supermarché. Cette initiative de la Région wallonne veut surtout sensibiliser les citoyens à la problématique des déchets.

« C’est l’objectif de ce projet ’Barrage aux OFNI’s’: la sensibilisation. Il ne s’agit pas d’une grande quantité de déchets. Ils sont laissés quelques jours le long de la berge. De cette façon, le public peut se rendre compte de la pollution dans les cours d’eau », indique Sven Abras, attaché à la Cellule de Contrats de Rivière.

Le projet « A la poubelle ! » a été lancé en 2013 par le ministre de l’Environnement de l’époque, Philippe Henry (Ecolo). « Il concernait les déchets. Neuf Contrats de Rivière se sont inscrits dans cette thématique et ont été retenus : Vesdre, Amblève, Dyle-Gette, Haine, Haute-Meuse, Senne, Semois-Chiers, Sambre et Lesse ».

Une somme de 19.662 euros a été allouée en avril 2013 et les actions ont commencé en octobre. « Les actions sont ponctuelles. Bien souvent, les barrages sont placés durant une semaine. Le Contrat Rivière vient tout installer et la commune s’occupe de la reprise des déchets. Il y a une interaction entre la commune et le Contrat Rivière pour trouver un endroit facile d’accès. Des panneaux explicatifs et didactiques sont également présents près du barrage », poursuit Sven Abras.

Ces barrages sont constitués de boudins orange, d’une longueur de 7,5 ou 15 mètres. Ils ont un filet immergé qui retient les déchets. Et ils sont attachés à des pitons, de part et d’autre de la berge. A la fin de la période déterminée, ces déchets sont amenés dans des parcs à conteneurs.

Ces barrages sont particulièrement visibles cette semaine. Car ils s’inscrivent dans le cadre de la Semaine de la Propreté. « Plusieurs barrages avaient également été placés, à la fin du mois de mars, lors des Journées wallonnes de l’Eau », rappelle Sven Abras.