L’arrivée des Chinois, à Louvain-la-Neuve, se précise

Le début du chantier est prévu en juin ou début août, après les congés du bâtiment, mais il est déjà annoncé que le projet sera concrètement présenté lors de la mission royale prévue en Chine du 20 au 28 juin. Tout cela n’empêche pas le projet d’avancer puisque le China-Belgium Technology Center (CBTC) vient d’obtenir le bail emphytéotique qui lui permettra de construire 90.000 m2 de bâtiment sur un terrain de 8,3 hectares entre la N4 et l’autoroute E411, à gauche de la zone Fleming. En attendant, les Chinois sont déjà présents à l’avenue Einstein avec six sociétés, dont deux belges.

La procédure d’emphytéose est bien connue par tous les particuliers qui ont construit sur les terres de l’UCL. Il en va de même pour les entreprises. « Sauf qu’au début, nous organisions nous-mêmes la venue des sociétés sur nos terrains, nous explique Philippe Barras, l’administrateur délégué de l’Institut pour l’embellissement, l’aménagement, l’équipement et la gestion des sites universitaires de l’université (Inesu). Désormais, nous collaborons avec l’Intercommunale du Brabant wallon (IBW), qui obtient l’emphytéose et qui propose une sous-emphytéose, dans ce cas-ci à la SPRL Juxing International Technology Investment Belgium, une joint-venture de trois énormes sociétés chinoises. »

Pour le directeur général de l’IBW, Baudouin le Hardy de Beaulieu, « ce premier acte, signé entre l’UCL et l’IBW, permet désormais à notre intercommunale d’avoir un droit réel sur le terrain où s’implantera prochainement le projet CBTC. Il s’agit d’une condition sine qua non pour la réussite de ce projet puisque l’IBW a été chargée de réaliser l’équipement de ce terrain et, notamment, la création d’une nouvelle voirie d’accès et un bassin d’orage ».

Dans ce centre chinois, l’aménagement de cinq incubateurs permettra le développement des sociétés spécialisées dans les hautes technologies, dans les domaines des bio et nanotechnologies, de l’informatique et télécommunications, de l’optoélectronique (interaction de phénomènes optiques et électroniques) et du développement durable. Cela concernera, au terme d’un investissement de 200 millions d’euros et de deux années de chantier, quelque 1.500 emplois, dont 60 % pour les Belges. Un hôtel de 160 chambres est inclus, ainsi que des bureaux et des commerces de proximité et trois sites distincts de logements dans Louvain-la-Neuve pour 300 Chinois.

« Le consortium Juxing ne reste cependant pas inactif en attendant la fin du chantier, conclut Philippe Barras. Juxing Belgium vient, en effet, de s’installer au nº14 de l’avenue Einstein, avec six sociétés déjà actives, dont deux belges. L’une d’entre elles est spécialisée dans la géodésie, tandis que l’autre est, en réalité, tenue par des Chinois qui vivent en Belgique et qui organisent des manifestations culturelles pour les Chinois en visite. Ce samedi soir encore, pour les 40 ans de l’ouverture des dialogues entre la Chine et la Belgique, un spectacle théâtral a fait salle comble à l’Aula Magna. »