Mères porteuses: le CDH s’oppose «à toute forme de marchandisation du corps humain»

Le CDH a dénoncé samedi, « avec force », la tenue d’une bourse des mères porteuses organisée dimanche, à Bruxelles, par l’association américaine « Men Having Babies ».

L’objectif de cette bourse est de mettre en contact des cliniques privées et services d’intervention américains spécialisés dans la gestation pour autrui (GPA) avec des couples homosexuels désirant un enfant.

Des « machines à faire des enfants »

« Le CDH s’oppose à toute forme de marchandisation du corps humain », insiste le parti dans un communiqué. « Il est inacceptable de constater que d’aucuns importent ainsi dans notre pays un modèle qui a pour effet de développer le business existant autour de la gestation pour autrui et d’enrichir les intermédiaires tout en considérant les mères porteuses comme des machines à faire des enfants. De plus, ce type d’organisation contribue à un glissement vers l’eugénisme, ce que nous dénonçons également. »

Le colloque sera organisé dimanche au BIP (Maison de la Région), place Royale.

La députée MR Anne-Charlotte d’Ursel s’est pour sa part insurgée samedi contre le fait que le BIP « ait pu être loué par une organisation assurant la promotion de la gestation pour autrui commerciale ». Elle interpellera prochainement le ministre-président Rudy Vervoort au Parlement bruxellois à ce propos et lui demandera ce qu’il va mettre en œuvre « pour que ce genre de problématique ne se reproduise plus à l’avenir », indique-t-elle dans un communiqué.

>>> À lire : Bourse des mères porteuses : « C’est de la traite d’êtres humains », dénonce Karin Jiroflée