Une vie de château au Grand Huit de Ghlin

Ghlin est le premier territoire du Grand Huit, qui en compte tout autant, à vivre sa semaine de fête populaire, de banquet, de spectacles insolites et autres créations décalées. Pour l’occasion, le collectif lillois « Métalu A Chahuter » a transformé le Parc du Joncquoy pour offrir « Une vie de château » aux Ghlinois.

Ce vendredi, sept étudiants de l’UMons interprétaient « Cyrano sens dessus dessous », une pièce adaptée des deux premiers romans de Cyrano de Bergerac par la philosophe Anne Staquet. «  J’ai écrit cette pièce pour accompagner l’exposition ‘Le nez de Cyrano’, qui circulera partout en Belgique pendant huit mois et sera présente à quatre étapes du Grand Huit. C’était une manière de faire connaître les textes de Cyrano de Bergerac auteur des premiers romans de science-fiction. J’en ai repris des idées et des passages pour proposer un spectacle à la fois philosophique et scientifique qui renverse les perspectives et inverse les préjugés. Le héros, joué par une étudiante, part sur la lune avec l’idée que pour ses habitants, la terre est une lune .  »

Si le spectacle semble justement un peu trop philosophique et scientifique pour satisfaire un public venu à une fête populaire, il offre néanmoins des moments cocasses propres à amuser petits et grands. On apprécie aussi la prouesse des étudiants, comédiens amateurs, qui ont cumulé plusieurs rôles ainsi que la gestion de la régie.

Avec l’exposition « Le nez de Cyrano », organisée par l’UMons en partenariat avec l’ASBL « Les Amis des Aveugles et Malvoyants », le visiteur, guidé dans le noir par un mal ou non-voyant, est plongé dans le 17e siècle à partir des odeurs. « À cette époque, un des loisirs des nobles était de créer leurs parfums », explique la philosophe. L’expo est aussi accompagnée d’un « Bar à Eaux admirables ». Le parfumeur Olivier Kummer, invité à participer à l’élaboration du projet, y propose de composer son propre parfum d’ambiance à partir de 24 essences qui toutes, ou presque, étaient utilisées au 17e siècle.

« Les ‘aqua admirabilis’ sont les ancêtres des eaux de Cologne. Nous donnons une fiche de composition sur laquelle sont indiquées toutes les essences que les visiteurs peuvent combiner en laissant libre cours à leur imagination et leur inspiration .  » L’expo hébergée dans un bus aménagé ainsi que le « Bar à Eaux admirables » sont accessibles tout le week-end et la pièce sera encore jouée ce dimanche à 14h30 sous le très beau chapiteau dressé dans le Parc du Joncquoy.

Sur le même sujet
Belgique