Cette fois, Gand n’a pas laissé passer l’aubaine

Un but de Benito Raman aura été suffisant à La Gantoise pour doubler Bruges après six journées de playoffs.

Temps de lecture: 3 min

A quatre journées de la fin des Playoffs 1, Gand est en tête du championnat au nez et à la barbe des deux grands favoris, le FC Bruges et Anderlecht. Au courant de la défaite brugeoise au Standard, les Gantois ont, cette fois-ci, maîtrisé leurs nerfs pour s’imposer, sans briller, sur la pelouse de Courtrai. Comme lors de la phase classique (Ndlr : succès 2-3 le 26 décembre) et là où Bruges, par deux fois, s’est cassé les dents. Un but, tombé peu après l’heure de jeu, a suffi au bonheur des hommes de Hein Vanhaezebrouck. Sur un centre de Milicevic, Maxime Chanot trompait son propre gardien sous la pression de Benito Raman. Le feu follet gantois qui n’aurait pas dû se retrouver là mais dans les vestiaires depuis de longues minutes. Rapidement averti, il a dû être soulagé lorsque Luc Wouters, qui aurait également dû exclure Benoît Poulain (22e), ne lui a pas montré la carte jaune pour la deuxième fois du match (19e).

La chance du champion ? A Gand, on le pense peut-être mais, surtout, on ne le dit pas explicitement. « On est en tête et j’espère qu’on va le rester le plus longtemps possible », avançait Danijel Milicevic, un des joueurs les plus décisifs depuis le début des Playoffs 1. C’est peut-être un tournant du championnat. Si on gagne contre Charleroi, on pourra penser au titre. »

« Il faut garder les pieds sur terre »

Le son de cloche était le même dans le chef de Hein Vanhaezebrouck dont le sourire en disait long sur sa satisfaction d’une victoire au stade des Eperons d’or. « Dans ma carrière, j’ai très souvent gagné ici », ironisait Vanhaezebrouck en évoquant son récent passé courtraisien. Avec Gand, c’est la deuxième fois qu’on gagne ici cette saison. C’est toujours un déplacement difficile. Il ne faut jamais encaisser contre eux. » Mais, aucune raison pour le T1 de Gand de s’enflammer dans la quête d’un premier titre de champion de Belgique. Il reste quatre matchs. Cela a déjà souvent changé durant ces playoffs et cela peut encore tourner. Il faut garder les pieds sur terre. »

Et inutile de s’attendre à un autre discours lorsqu’on remonte les échelons de l’organigramme de Gand. « Parler du titre serait imprudent », a assené, le président de Gand, Ivan De Witte. On vise la troisième place. Il ne faut pas oublier qu’après Charleroi, nous devons encore aller jouer à Bruges et à Anderlecht. »

A Gand, c’est donc la prudence qui prédomine. On se souvient peut-être dans les travées de la Ghelamco Arena que la saison dernière, Bruges avait pris la tête du championnat au terme de la sixième journée avant d’échouer sur la troisième marche du podium quatre journées plus tard.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une