Hasi: «Satisfait de l’état d’esprit»

De son côté, Felice Mazzu avouait avoir été battu par une équipe « plus vicieuse et plus maline ».

Temps de lecture: 2 min

Quand Felice Mazzu préférait retenir le tempérament guerrier affiché par Anderlecht, Besnik Hasi rappelait lui le peu d’occasions créés par les Carolos. La vérité de ce match plus que moyen était sans doute à aller chercher entre les deux.

Au moment de se présenter en conférence de presse, Felice Mazzu s’est d’abord montré réaliste : « On est certainement capable de faire mieux. On a eu des matchs comme aujourd’hui où le ballon finissait au fond. Aujourd’hui cela n’a pas marché. C’est vrai que nous n’avons pas eu d’occasions extraordinaires, mais Penneteau n’a pas eu beaucoup de travail non plus… »

Besnik Hasi : « Ils se sont contentés de taper des longs ballons devant »

Pas plus séduisants, les Mauves se sont pourtant montrés les plus dangereux. Une vérité dont ne pouvait que se féliciter Besnik Hasi : « Je crois qu’on a mérité cette victoire. Charleroi n’a pas eu d’occasion, ils se sont contentés de taper tout le temps des longs ballons devant. Quand on s’est surpris à trop reculer, on a vu qu’ils pouvaient se créer des occasions, mais nous avons su rétablir la situation. »

Sans pour autant crier au génie, l’entraîneur albanais des Mauves admettait que plus que le jeu proposé, il était aujourd’hui bon de retenir la mentalité affichée par ses joueurs : « Ici, on a toujours eu difficile, je suis donc très satisfait de l’état d’esprit de mes joueurs. Je suis juste déçu que nous n’ayons jamais réussi à tuer le match. »

Felice Mazzu : « Anderlecht, plus vicieux et malin que nous »

Le mot de la fin revenait à l’entraîneur carolo pour qui l’état d’esprit des Mauves se traduisait avant tout par le tempérament parfois belliqueux des Bruxellois : « Anderlecht avait décidé de faire la guerre plutôt que de proposer du jeu. Ils ont été plus vicieux et malins que nous en gagnant du temps au bon moment par exemple. Ce sont des choses qu’on ne sait pas encore faire. Le groupe ne méritait pas ça. Au-delà de la défaite, je suis surtout déçu pour le groupe, parce que la volonté et l’envie sont là. L’ambition de la quatrième place est toujours là. Il y a encore douze points à prendre, et nous n’avons qu’un point de retard. Ce serait honteux de ne pas y croire. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une