Equitation:Deux Belges sur le podium du Grand Prix de Lummen

Jérôme Guéry révèle encore un nouveau talent à Lummen

Temps de lecture: 3 min

Du suspense, un public attentif, de bons résultats belges, tous les ingrédients étaient réunis ce dimanche pour faire du Grand Prix Longines de Lummen une franche réussite. Sauf peut-être le temps… La pluie a en effet accompagné les cinquante concurrents presque tout au long de l’épreuve mais n’a semble-t-il pas perturbé les cavaliers. C’est plutôt le parcours monté par Lucien Somers et plus particulièrement le triple qui ont posé des problèmes. L’épreuve a cependant dégagé dix barragistes dont six Belges, et deux d’entre eux ont terminé sur le podium : Jérôme Guéry à la première place et Niels Bruynseels sur la troisième marche.

Avec Pommeau du Heup, ce dernier s’est montré exemplaire tout au long du week-end, signant des double sans-faute vendredi dans la Coupe des nations et ce dimanche dans le Grand Prix. « Je suis très heureux car mon cheval est en pleine forme, confiait Niels Bruynseels. Je sais que Pommeau n’est pas très rapide donc j’ai préféré prendre mon temps au barrage et assurer un parcours correct. »

A quelques centièmes près

C’était aussi le scénario que Jérôme Guéry, vainqueur de l’épreuve, avait prévu de dérouler avec Papillon Z. Du moins jusqu’à ce que sa monture commence à se cabrer devant la ligne de départ du barrage... « Il ne restait que quelques secondes avant que le chronomètre se mette en route, Papillon ne voulait pas avancer et je n’avais pas le temps de faire un cercle ! Je l’ai donc poussé vers le départ, ce qui fait que j’ai entamé le parcours avec plus de galop et de rage que prévu. » Le hasard a plutôt bien fait les choses puisque sans cet incident, Jérôme Guéry aurait sans doute été rattrapé au chronomètre par le Néerlandais Harrie Smolders, qui s’est classé deuxième à quelques centièmes de seconde.

Des chevaux souvent revendus

Si le cavalier de Sart-Dames-Avelines ne visait pas vraiment la victoire à l’entame du barrage, c’est parce qu’il connaît sa monture depuis très peu de temps. « Papillon Z est arrivé dans mes écuries il y a environ un mois, confirmait Jérôme Guéry. Il connaît son métier car il a déjà tourné avec Rik Hemeryck et Grégory Wathelet avant mais il fallait que j’apprenne à le connaître. » Heureusement, le courant est très vite passé entre l’ex-champion de Belgique et l’étalon gris âgé de 13 ans. Dès sa première sortie à Lanaken, le duo a en effet terminé quatrième du Grand Prix. Et si Papillon Z avait déjà réalisé de beaux résultats auparavant, il ne s’était jamais imposé dans un Grand Prix 5 étoiles avant ce dimanche. Jérôme Guéry non plus…

Le cavalier belge a en effet emmené plusieurs chevaux vers le plus haut niveau, mais n’a jamais eu l’occasion de conserver bien longtemps ses meilleures montures. Victimes de leur succès, elles ont pour la plupart été vendues après avoir été révélées par Jérôme Guéry. V Pleasure, que le Belge avait mené à la troisième place du Grand Prix de Lummen en 2014, a ainsi été vendu à l’Américaine Lucy Davis moins d’un mois après sa performance. En sera-t-il de même pour Papillon Z ?

« Il est vrai que ses propriétaires me l’ont confié dans le but de le commercialiser et sa victoire va intéresser les gens. Je me doute qu’il ne va pas rester toute sa vie dans mes écuries mais en attendant, je compte l’utiliser au mieux », relativisait Jérôme Guéry.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une