S'identifier S'abonner

La Commission européenne veut imposer une répartition des réfugiés et des demandeurs d’asile (infographie)

Pour la première fois, une procédure d’urgence de partage est déclenchée pour soulager certains pays européens de l’afflux de migrants.

Par la rédaction

Temps de lecture: 3 min

Le plan d’action adopté mercredi par la Commission européenne après une série de naufrages de bateaux-passeurs qui ont fait des centaines de morts en Méditerranée vise notamment à renforcer les secours en mer et gérer l’accueil des migrants à leur arrivée dans l’Union européenne.

Ces dispositions prévoyant l’instauration de quotas pour répartir entre pays européens les réfugiés et relançant l’immigration légale, suscitent l’hostilité au sein de l’UE.

Lançant la charge, la ministre britannique a prôné le renvoi des migrants tentant de gagner l’Union européenne en traversant la Méditerranée.

«  Je suis en désaccord avec Federica Mogherini (la chef de la diplomatie européenne) quand elle soutient qu’aucun migrant ou réfugié intercepté en mer ne sera renvoyé contre son gré », a insisté la ministre britannique de l’Intérieur Theresa May, quelques heures avant la présentation du plan de Jean-Claude Juncker. «  Une telle approche ne peut qu’encourager plus de gens à risquer leur vie », a-t-elle estimé.

« Le pire serait de ne rien faire »

La Commission européenne a rejeté les critiques britanniques visant le plan d’action pour l’immigration et l’asile, jugeant que le «  pire serait de ne rien faire » et appelant Londres à prendre le temps d’étudier le projet.

«  Le pire serait de ne rien faire, de maintenir le système actuel », a lancé le numéro deux de la Commission, Frans Timmermans, interrogé sur le «  désaccord » avec le plan de l’UE dont la ministre britannique de l’Intérieur, Theresa May, a fait part aux médias peu avant sa présentation.

«  J’ai le plus grand respect pour le renseignement britannique mais je ne suis pas sûr que Theresa May a pris connaissance de tous nos plans », a ironisé cet ancien chef de la diplomatie néerlandaise.

«  Ne rien faire serait empirer le sort des personnes en détresse, et perdre toute crédibilité face à nos citoyens (…) nous ne pouvons pas accepter que des familles entières se noient en Méditerranée », a-t-il insisté.

L’infographie

La « répartition » représente la distribution, au sein des États membres, de populations en besoin de protection internationale.

L’indice de répartition se fait sur base de critères objectifs et quantifiables, reflétant la capacité de l’État membre à recevoir et intégrer les réfugiés. Cet indice est calculé sur base de la population totale, du PIB et du taux de chômage de l’État membre.

Conformément au Traité sur le fonctionnement de l’Union Européenne, la Grande-Bretagne, l’Irlande et le Danemark ne prendront pas part à cette mesure proposée par le Conseil. Ils peuvent cependant décider d’y participer, dans les trois mois à venir. Le pourcentage de réfugiés à accueillir par chaque État membre serait dès lors recalculé.

Voir l’infographie sur mobile

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP