Un service en ligne pour plaquer votre amour à votre place

Nouvelle avancée technologique qui grandit l’humanité : un site internet propose un service de rupture pour les lâches 2.0. C’est australien et ça pourrait bien débarquer chez nous.

Temps de lecture: 2 min

Rompre, on est d’accord, c’est pénible. D’autant plus quand le futur ex est éperdument amoureux, ne se doute de rien et que c’est à vous seul que revient de jouer le mauvais rôle… Depuis la nuit des temps, nombreux sont celles et ceux qui évitent par tous les moyens d’annoncer la mauvaise nouvelle à l’autre les yeux dans les yeux. Avant internet, ces dégonflé(e)s du cœur recourraient à la lettre postale expéditive ou au coup de fil express.

Mais aujourd’hui, c’est si facile de quitter feu son amour sans se mouiller. Les SMS, les emails, les « posts » via Twitter ou Facebook sont autant de moyens dont usent et abusent les lâches 2.0. Encore leur faut-il imaginer le message, utiliser les bons mots, se justifier. Les briseurs de cœurs modernes seront donc ravis d’apprendre la naissance de sorryitsover.com.au (« désolé, c’est fini »), un site de rupture en ligne qui se charge du sale boulot pour 5,50$ minimum.

Un représentant pour larguer à votre place

Ce site a été lancé par une Australienne qui a voulu venir en aide à ceux qui ont peur d’affronter la colère et les larmes de leurs ex-conjoints. C’est elle qui, selon vos envies, rédige la lettre ou le message qui explique les raisons de la rupture. Et comme se faire larguer par voie numérique, ça fait vraiment trop mal, Sorryitsover propose des services plus « humains » : envoi de fleurs (77$) ou d’un panier de réconfort avec du vin, du chocolat, des cacahuètes et des mouchoirs (90$).

Mais le top, c’est d’envoyer une personne en chair et en os pour vous représenter auprès du cœur brisé. Ce service-là est facturé 66$ et c’est notre préféré, parce que pleurer sur du chocolat ou sur un bouquet de fleur, c’est quand même plus pathétique que de s’effondrer dans les bras d’un professionnel. Quoique…

Jusqu’à présent, ces services ne sont disponibles qu’en Australie. Mais Sorryitsover songe à s’exporter. On est « impatient » de pouvoir en profiter…

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une