Le Spirou Charleroi «dévasté» par le décès de son joueur Rasmus Larsen

Le club carolo est abattu par la nouvelle de la mort de son joueur de 20 ans seulement.

Temps de lecture: 2 min

C’est la consternation du côté du Spirou Charleroi, qui a appris ce mercredi le décès pour une raison encore inconnue de son joueur Rasmus Larsen, 20 ans seulement.

«  Oui, c’est horrible », a commenté le directeur général du club carolo Benoît Cuisinier. «  Prévenir les parents était une véritable torture, et je tiens à dire que c’est vraiment à la famille que nous pensons tous. On a bien sûr contacté Ostende pour annuler le match de ce soir (mercredi, ndlr). «  Mais cela n’a posé aucun problème parce que leurs joueurs non plus, ne voulaient pas jouer. Ils étaient autant sous le choc que les nôtres. Rasmus Larsen n’était arrivé ici qu’en début de saison mais cela ne change rien. Il était un membre à part entière de la famille Spirou et à ce titre, celle-ci est profondément affectée, dévastée même… »

Benoît Cuisinier n’a forcément pas manqué d’évoquer le double deuil qui vient de frapper le monde du football à Lokeren (Gregory Martens) et Anvers (Tim Nicot). «  Ces deux malheureux ont été victimes d’accidents cardiaques en jouant », a-t-il ainsi fait remarquer. «  Notre Rasmus est mort dans son sommeil, mais ne me demandez pas comment car je ne le sais pas. Le Parquet est descendu sur les lieux à son domicile de Jumet, et une autopsie nous dira ce qui s’est passé. Il n’était pas au rendez-vous. Le car est parti sans lui et la collaboratrice qu’on a envoyée chez lui l’a découvert mort dans son lit. C’est toute l’histoire de ce drame pour le moment. Rasmus, comme tous nos joueurs, était médicalement suivi de très près par le CHU de Charleroi qui est un de nos partenaires, et on ne lui avait jamais découvert le moindre problème cardiaque ou autre. Il a fait plein de sacrifices, dont s’éloigner de sa famille, pour réussir sa carrière sportive, et voilà que cela se termine en drame. C’est injuste. »

Enfin au plan sportif, la première manche de la demi-finale aura lieu vendredi à la Sleuyter Arena d’Ostende et la seconde, dimanche au Spiroudôme de Charleroi, chaque fois à 20h30.

«  Mais vous savez », conclut tristement Benoît Cuisinier, «  tout cela n’a maintenant plus aucune importance à nos yeux. Aujourd’hui en tout cas, mais sans doute aussi les prochains jours. Le titre qu’on convoitait, c’est devenu tellement dérisoire. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une