Les actes transphobes sous-dénoncés, Simonis veut élargir la protection des transgenres

À peine 6 % des personnes transgenres victimes de violences verbales, psychiques ou sexuelles portent plainte, révèle une étude de l’Université d’Anvers (UAntwerpen) présentée mercredi. Indépendamment de cette étude, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a adopté en première lecture un avant-projet de décret visant à renforcer la protection des personnes transgenres, annonce la ministre de l’Égalité des chances, Isabelle Simonis.

Le texte, qui modifie le décret anti-discrimination, a pour but de mieux protéger les personnes transgenres « durant leur processus de transformation ; depuis la prise de décision jusqu’à l’opération de réassignation ». Il prévoit aussi de protéger les personnes qui défendent ou témoignent en faveur de transgenres contre des mesures de rétorsion à leur égard.