S'identifier S'abonner

Moins d’un médecin francophone sur deux sera remplacé

« Nous courons un très grand danger », estime le professeur Denise Deliège (UCL).

Chef du service Société

Par Eric Burgraff

Temps de lecture: 2 min

Alors que la planification pilotée par le SPF Santé publique se base sur la durée des études de médecine, « le Centre d’information sur les professions médicales (CIPMP) met en regard le nombre d’entrants actuellement dans la profession… avec celui des entrants 40 ans plus tôt, ce qui est intéressant pour comprendre l’évolution des densités médicales, explique au Soir Denise Deliège, professeur émérite à l’UCL. Cette analyse est surtout utile pour évaluer les besoins de remplacement à venir » (lire le rapport complet).

Aussi, le CIPMP met aujourd’hui en lumière la croissance impressionnante des sorties attendues : de 2009 à 2019 les médecins atteignant 65 ans sont et seront issus de cohortes où il y avait pléthore de diplômés. Par contre, les nombres de médecins près de la retraite étant très proches d’une Communauté à l’autre, la pénurie de praticiens va s’accentuer là où l’on remplace le moins… c’est-à-dire du côté francophone qui a droit à 40 % du quota fédéral.

Pendant que les francophones verront la densité médicale se réduire, ce sera l’inverse en Flandre. Ajoutez-y les mesures de lissage promises par Maggie De Block pour « absorber les surplus d’étudiants dits surnuméraires » et on comprend pourquoi Denise Deliège annonce une catastrophe : « A quotas inchangés, seuls deux tiers des besoins de remplacement francophones pourraient ainsi être rencontrés entre 2018 et 2026. Et si de 2021 à 2026, les quotas demeuraient fixés à 492 diplômés francophones, puis amputés par exemple de 150 par an pour compenser les « surnuméraires », le remplacement des cohortes correspondantes n’atteindrait que 43 %. » Soit moins d’un médecin retraité sur deux… dans un contexte où la pénurie se ressent déjà chaque jour côté francophone.

>>> Toutes nos informations en édition abonnés

«On va droit dans le mur. Dans ce dossier de la planification médicale, nous les francophones, nous courons un très grand danger», prédit le professeur Deliège.

La réaction du CIUM pour les étudiants en médecine et dentisterie de Fédération Wallonie-Bruxelles

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Bons plans Comparateur Guide d'achat Codes promos Belgique Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP