Le PS répond à Bart De Wever: «Vous êtes devenu très prévisible»

Le nationaliste flamand avait déclaré dans la presse qu’il n’essayerait « plus jamais » de faire un gouvernement avec les socialistes.

Temps de lecture: 2 min

Le Parti socialiste estimait ce samedi que «Bart De Wever est devenu très prévisible», après les propos du président de la N-VA dans L’Echo. «On assiste à un scénario récurrent: chaque fois que la N-VA est mise en difficulté, Monsieur De Wever essaie de détourner l’attention en pointant un ennemi extérieur», indique le PS dans un communiqué.

Bart De Wever affirmait notamment dans L’Echo qu’il n’essayerait plus de faire un gouvernement avec le PS.

>>> A lire: Bart De Wever: «Avec le PS ça ne marchera jamais. Jamais»

Querelle sur la pension

«Une chose est claire: avec le PS, jamais des mesures antisociales telles que le saut d’index, le recul de l’âge légal de la pension ou la diminution du revenu des travailleurs à temps partiel n’auraient pu être prises (et n’ont d’ailleurs été prises pendant 25 ans)», réagit le Parti socialiste, qui insiste que des solutions plus justes sont possibles.

Concernant la pension, le PS rappelle que la volonté de garder l’âge légal à 65 ans figurait, «mot pour mot» dans le programme de la N-VA. «Le recul de l’âge légal de la pension à 67 ans est une mesure idéologique qui ne tient pas compte des difficultés auxquelles les travailleurs âgés sont confrontés», estime le parti d’Elio Di Rupo.

«Une politique des pensions plus juste est possible, par exemple en incitant positivement les gens à travailler plus longtemps. Le PS propose pour ce faire un crédit d’impôt (supplément de salaire) de 120 euros par mois pour ceux qui continuent à travailler alors qu’ils pourraient prendre une pension anticipée.»

L’impôt sur la fortune « rapporterait plus de 2 milliards »

Le Parti socialiste réfute aussi l’analyse de Bart De Wever sur l’impôt des fortunes. «La Cour des comptes a montré que l’impôt sur la fortune proposé par le PS rapporterait jusqu’à 2,3 milliards d’euros.»

«Quoique Monsieur De Wever en dise, la politique d’austérité dépassée menée par son parti et par le gouvernement fédéral dans son ensemble n’est pas une fatalité. Il existe vraiment des alternatives plus justes», conclut le PS.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une