Une majorité alternative anti-TTIP à Mons

Les négociations autour du traité transatlantique divisaient la majorité dirigée par Elio Di Rupo. Seul le PS a voté la motion du CDH. Le MR a voté contre.

Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Après trois longs débats, la ville de Mons a finalement rejoint le peloton des communes belges qui se déclarent « hors TTIP », en référence au traité que négocient actuellement l’Europe et les Etats-Unis.

Ce que l’on sait de l’avancement des pourparlers inquiète le centre et la gauche du paysage politique : menaces sur les services publics, harmonisation à la baisse des normes en matière de consommation ou prééminence des tribunaux d’arbitrage sur la justice, selon les opposants.

La majorité PS-MR divisée

A Mons, la majorité PS-MR est clairement divisée sur le sujet. Le bourgmestre Elio Di Rupo (PS) a donné mandat pour négocier à la Commission européenne lorsqu’il était Premier ministre. Il n’a guère fait état de ses sentiments sur le fond du dossier devant le conseil communal. Mais il avait eu l’occasion de dire son opposition lors de la Fête du Travail : « Les risques que comporte ce projet de traité nous confortent dans notre volonté de nous attaquer aux concentrations de pouvoir qui sont au cœur de la vie économique. Nous sommes convaincus que des solutions alternatives existent. »

Dans la majorité aussi, le MR refuse que l’on caricature sa posture : « Il n’y a pas de dichotomie entre ceux qui plaident pour le social et les libéraux qui incarneraient une droite égoïste, explique Richard Miller. Certains répandent l’idée que l’Europe négocie contre ses citoyens, cela n’a aucun sens ! »

Pas d’impact sur la coalition

Irréconciliables, les rouges et les bleus montois ? Oui, et c’est suffisamment rare pour être souligné. Mais la « bombe » est vite désamorcée : une divergence de vue existe, elle ne remet pas en cause la gestion quotidienne de la ville. Promis, juré on passe vite à autre chose (et on envisage une refonte du règlement d’ordre intérieur pour éviter que les sujets planétaires ne squattent exagérément l’ordre du jour).

Deux motions avaient été déposées, par Ecolo et le CDH. Le PS a retenu et amendé la seconde, qui plaide pour une pause dans les négociations, pas pour leur arrêt. Une majorité PS-CDH à Mons, il y avait longtemps… Pour Georges-Louis Bouchez, chef de file des libéraux, ce vote ne rime à rien : « Nous aussi, nous sommes attachés aux valeurs qu’il défend, mais Mons se prononce contre un texte qui n’existe pas, c’est absurde. » Pire pour l’élu MR : se déclarer « ville hors TTIP », « c’est adopter une mécanique de perdants face aux Etats-Unis et opter pour un repli sur soi mortifère. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une