S'identifier S'abonner

Djokovic tacle le fair-play de Nadal

Le numéro un mondial n’approuve pas la démarche de l’Espagnol qui a demandé à l’ATP de ne plus avoir affaire à un arbitre.

Journaliste

Par Bastien Doyen

Temps de lecture: 2 min

Si vous cherchez Carlos Bernardes à Roland Garros, vous ne risquez pas de le voir sur un match de Rafael Nadal. Qui ça ? Carlos Bernardes, un arbitre international brésilien de renom avec lequel l’Espagnol a eu un contentieux en février dernier. Depuis, les deux hommes ne se sont plus croisés sur les terrains. Et pour cause, la rumeur, relayée le week-end dernier par The Telegraph, a été confirmée par le joueur lui-même : il a purement et simplement demandé à l’ATP de ne plus être arbitré par celui-ci. La Fédération n’a pas commenté le dossier si ce n’est pour préciser que la désignation des arbitres dépendait de plusieurs facteurs, dont l’historique des couacs avec les joueurs.

Une histoire de short

« Il a manqué de respect de respect à mon égard », estime Rafael Nadal qui avait été sanctionné de deux avertissements pour dépassement de temps volontaire, dont un car il souhaitait remettre son short correctement, en demi-finale du tournoi de Rio de Janeiro. « Je ne pouvais pas jouer un jeu complet avec la façon dont mon short était mis. Ce n’était pas loyal, pas juste, pas équitable », clame-t-il. Et le numéro 7 mondial l’avait fait savoir à même le court : « Je ne veux plus être arbitré par toi », avait-il lancé à Carlos Bernardes à l’époque.

A Roland Garros, Rafael Nadal a justifié sa décision : « Lorsque l’on rencontre des problèmes avec le même arbitre, il me paraît évident d’éviter que son match soit arbitré par lui. C’était donc mieux pour nous de ne plus être sur le terrain en même temps, notamment après notre conflit à Rio ».

Djokovic : « Je ne crois pas que ce soit fair-play »

Pour sa part, Novak Djokovic apprécie peu la requête de Rafael Nadal : « Je ne crois pas que ce soit fair-play ». Et le numéro 1 mondial de préciser sa pensée : « Les arbitres sont humains, et commettent parfois des erreurs. Il y a sans doute des moments dans l’année où ils sont moins en confiance ». Même s’il n’oublie pas quelques matchs houleux, le Serbe dit n’avoir jamais pensé à blacklister un arbitre. « Ils font leur boulot du mieux qu’ils peuvent. »

On le sait sans doute moins, c’est beaucoup plus rare et cela reste secret, mais un arbitre a aussi le droit de demander à ne pas être désigné sur les matchs de certains joueurs.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Bons plans Comparateur Guide d'achat Codes promos Belgique Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP