Sept conseils de Catherine Lallemand pour réussir les 20 km de Bruxelles

La quadruple vainqueur des 20 km et coach sportive recommande une bonne dose de sommeil et des glucides.

Temps de lecture: 3 min

Ce dimanche aura lieu la 36e édition des fameux 20 kilomètres de Bruxelles, course durant laquelle plus de 40.000 participants testeront leurs limites. Comment se préparer au mieux pour ce circuit et peut-être, le gagner ?

À trois jours du top départ, nous avons appelé Catherine Lallemand, ancienne athlète internationale et quadruple championne de la compétition. Elle nous dévoile ses secrets pour être au top de sa forme et aborder ce challenge dans des conditions optimales.

Avant la course

1. Surveiller son alimentation

Il faut absolument arrêter de s’empiffrer à quelques jours de la course, en particulier samedi soir. L’idéal est de consommer un maximum de glucides et de sucres lents, qui procureront au corps l’énergie nécessaire pour tenir la distance.

2. Une hydratation optimale

La compétition approchant à grand pas, il est primordial d’hydrater son corps correctement, à raison de quelques gorgées d’eau toutes les vingt minutes environ.

3. Arrêter l’entraînement à temps

Après des semaines voire des mois d’entraînement pour certains, il est temps de s’arrêter. En effet, pour que les efforts soient productifs, il est nécessaire de donner au corps quelques jours de récupération, ce que l’on appelle « faire du jus » dans le jargon. Un footing léger la veille de la course est permis, histoire de se remettre en forme.

4. Un sommeil réparateur

On ne le répétera jamais assez : afin d’être au top de sa forme pour courir les 20 kilomètres, rien de tel que quelques bonnes nuits de sommeil les jours qui les précèdent. Fêtards, vous voilà avertis !

Pendant la course

5. Démarrer calmement

Lors du départ, la clé est de ne pas vouloir partir trop vite, car ces efforts prématurés risquent bien de se retrouver vains en fin de parcours. « Les deux minutes que le jogger aura gagnées au départ, il les perdra cinq fois plus à la fin de la course » explique Catherine Lallemand.

6. Adapter son rythme au parcours

La coach affirme que si l’on désire être efficace, rien ne sert de se presser : il faut pouvoir se donner une marge de progression. « Une fois que l’on a trouvé son rythme et que l’on est bien entré dans la course ; vers l’Hippodrome de Boitsfort, on peut se permettre de commencer à accélérer » ajoute-t-elle.

7. Bien choisir sa boisson

Si l’eau est le moyen d’hydratation le plus connu, Catherine recommande également les boissons énergétiques. Attention, néanmoins, il faut absolument tester leurs effets sur notre corps avant d’entamer la course : certaines boissons de ce type peuvent provoquer des maux de ventre ainsi que des troubles intestinaux, allant jusqu’à mener certains utilisateurs à abandonner le parcours. Il est essentiel de vérifier que la boisson énergétique ne soit pas prévue pour la récupération du coureur (AA), auquel cas sa concentration sera beaucoup trop élevée lors de l’effort et occasionnera des dégâts sur l’organisme.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une