Le parlement wallon se porte au chevet de la démocratie

La commission spéciale pour le Renouveau démocratique est installée. Les travaux seront intenses. Premier chantier : la consultation populaire.

Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Les quatre chefs de groupe du parlement wallon, majorité comme opposition, réunis pour un même objectif (et une photo unique à la clé) : l’événement qui s’est déroulé ce jeudi à Namur avait des allures quasi historiques ! L’enjeu était à la mesure du rendez-vous : préfacer les travaux de la commission spéciale pour le Renouveau démocratique installée dans la foulée, sous la présidence d’André Antoine, le président de l’assemblée.

Christophe Collignon (PS), Dimitri Fourny (CDH), Pierre-Yves Jeholet (MR) et Stéphane Hazée (Ecolo) partagent le même constat de départ et la même volonté forte : le fossé qui se creuse entre les citoyens et la politique impose de prendre des initiatives fortes et de toiletter certains dispositifs légaux qui ne donnent plus satisfaction. La Wallonie veut clairement montrer l’exemple en la matière. Elle prend les devants, et pas seulement pour un vaste brassage d’idées et l’énumération de lieux communs. Il est bien question de légiférer pour renforcer le processus démocratique.

Au-delà de l’unanimité sur la procédure, chaque formation politique défendra ses arguments sur des dossiers dont l’importance saute aux yeux, comme le cumul des mandats, l’effet dévolutif de la case de tête ou le statut de l’élu.

Deux conditions essentielles

Les députés insistent sur deux conditions essentielles pour assurer le succès de cette mission parlementaire. D’une part, le travail doit se mener à l’abri de toute échéance électorale : la commission va donc travailler d’arrache-pied (deux jeudis par mois) pour être libérée fin 2016, soit à un an et demi des élections communales. D’autre part, le gouvernement ne doit pas interférer dans les débats parlementaires, au risque d’y semer la pagaille : le ministre-président Paul Magnette (PS) s’y est engagé publiquement.

Jeudi après-midi, la première séance de cette nouvelle commission a permis de huiler quelques rouages, c’est souvent le cas quand la jurisprudence fait défaut. L’ambiance était un peu tendue : quelle place pour les représentants du PTB et du Parti populaire ? Quel statut pour André Antoine (CDH), le président de séance ? Quelle organisation pour les travaux à venir ?

Des péripéties qui seront vite oubliées lorsque les députés (la commission compte 12 membres effectifs mais est ouverte à tous) aborderont leur premier dossier chaud : l’organisation de consultations populaires à l’échelle régionale. La Wallonie veut être la première entité fédérée à légiférer sur ce thème. A ce stade, le parlement est saisi de quatre propositions de décrets dans lesquelles il s’agit de mettre de l’ordre.

L’assemblée dispose aussi d’un avis rendu par le Conseil d’Etat qui a un peu refroidi les enthousiasmes des uns et des autres. Les commentaires sont globalement positifs, mais ils indiquent aussi que le travail légistique qu’il reste à mener sera beaucoup plus ardu que prévu. Un simple copier-coller des règles en vigueur pour les élections ne suffira. Parmi les questions en rade : qui aura la main pour sélectionner les questions à poser à la population ? A terme cependant, l’objectif est d’aboutir à un texte consensuel qui satisfera tout le monde. Reprise des travaux le jeudi 11 juin.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une