Quand la bulle explosera… le passif deviendra actif

Selon le proverbe chinois interpellant « Mieux vaut se blesser 10 fois en essayant de gravir la falaise que de mourir une fois en étant obligé », je trouve important de bien comprendre l’énorme shift qui s’annonce pour bientôt… et de s’y préparer.

La dette mondiale (états, entreprises, familles) a augmenté de 142 à 199 trillions de dollars de 2007 à 2015. 40 % en plus en 8 ans. 286 % du PIB mondial. 28.000$ par habitant. Même en Chine, l’endettement a quadruplé. Let les taux sont historiquement bas, voir zéro ou même négatif dans certains pays. À ce rythme-là, en 2020, on en sera à 260 trillions. Et comme d’ici là on sera en récession, la proportion par rapport au PIB sera d’au moins 400 %.

Et sachant que la seule façon de se désendetter est de provoquer de l’inflation, donc d’augmenter les taux d’intérêt. Cela veut dire que d’une part l’économie se grippera totalement car augmenter le coût de l’argent freine les investissements, et que la charge d’intérêts sera d’un multiple de ce qu’il est maintenant, au moins du quadruple, de 2.000$/habitant d’ici 2020 en cas de légère inflation.

Autant dire totalement utopique. Et ceux qui continuent à créer de la dette de façon inconsidérée sont tout simplement des criminels ou des incompétents. Car ils savent ce qui suivra. Nos politiciens et économistes savaient parfaitement ce qui risquait de se passer en 2008, et tout a été tenu sous silence. Aujourd’hui aussi, tous les économistes, ministres, dirigeants, banquiers savent exactement ce qui se passera avant 2020, et ce que cela impliquera pour les gens. Tout cela est tenu sous le tapis soigneusement en leur offrant du pain et des jeux.

Mais à part cela, qu’est-ce que cela veut dire, au niveau du principe d’endettement et de ce risque d’implosion ? Quels sont les exemples qu’on connaît, avec ces mêmes principes de base, qui peuvent nous inspirer par rapport aux scénarios et de comment se positionner au sein de ces scénarios ?

1. L’arbre mature qui tombe et pourrit en forêt

La forêt croît depuis la semence, jusqu’aux arbres matures. Comme s’ils étaient « aspirés » à maturation. Ils vivent encore quelques décennies à taille adulte, puis un à un, tombent et se décomposent. Il abrite vers, insectes, champignons, et de tout nouveaux écosystèmes émergent. C’est bien.

2. Faillite d’une entreprise

L’entreprise ne peut plus honorer ses engagements financiers. Les créanciers saisissent les actifs, et les valorisent. Ils sont vendus ! s à d’autres acteurs qui eux, en font bon usage. Un mauvais moment à passer pour les personnes impliquées, mais au final, ça reconstruit.

3. Respiration – inspiration/expiration

Une fois inspiré, à fond, on ne peut qu’expirer. Lâcher. Expulser les toxines. Pour se rendre disponible pour de l’air frais. C’est excellent, sain et naturel.

4. La sève dans l’arbre

En automne et en hiver, dans l’arbre, l’énergie et la sève va des branches vers les racines, permettant de les faire grandir pour grandir en envergure au printemps et en été. C’est un fonctionnement de base dans la nature.

5. Vagues : résorber, repartir, revenir

En approchant de la plage, la vague arrive à maturité, augmente, et ensuite repart en courant de fond, retournant à l’origine, afin de revenir plus tard sous une autre forme. Parfaitement logique.

6. Soif d’apprendre – connaissances augmentées

Un passif « connaissance » qui augmente, cette soif d’apprendre, qui par une dynamique d’action se transforme en connaissance et savoir, pourrait augmenter de façon déraisonnable… Que faire ? Se relaxer, lâcher prise, prendre du recul, chercher le sens de tout cela… pour rectifier le tir et le focus si nécessaire. Voilà un comportement sain.

En résumé : que du positif.

Transformons cela en enseignement face à une bulle d’endettement qui est prête à exploser :

– Se relaxer, lâcher prise, prendre du recul, chercher le sens de tout cela… pour rectifier le tir et le focus si nécessaire.

– Repartir vers nos origines et revenir grandis, différents.

– Descendre dans nos racines pour les renforcer, afin de mieux grandir plus tard.

– Expirer. Lâcher. Expulser les éléments toxiques pour la société. Pour se rendre disponible pour des modèles durables.

– Redistribuer les ressources vers d’autres acteurs qui les utiliseront à bon escient.

– Développement de nombreux nouveaux écosystèmes de création de valeur.

Et si cette grosse crise arrive, ne regardez pas les dégâts, mais la vie qui pointe derrière.

Et nous : 9 choses à faire

Personnellement :

a) Investir en soi et en son développement personnel sous toutes ses formes et par l’angle correspondant à vos affinités personnelles – pour bien se préparer à réagir agilement aux chocs.

b) Prendre du temps, avec sa famille et ses proches, en « quality time » – pour de toute façon ne rien regretter.

c) Se reconnecter aux réseaux locaux d’agriculture, d’entraide, de solidarité, d’inclusion sous toutes ses formes – pour ne manquer de rien.

En lien avec son job :

a) Apprendre à mesurer et travailler avec la valeur immatérielle de son activité ou entreprise – pour détecter son excellence unique afin de la valoriser et monnayer de façons multiples

b) Entrer dans des associations de compétences autour de causes, de quêtes communes, avec raison d’être qui contribue au bien commun de façon systémique. Ce sont des écosystèmes de personnes qui cherchent « autre chose », et qui amènent leur excellence au service du progrès humain dans des causes très concrètes – afin de préparer son métier de demain.

c) Entrer dans des systèmes de monnaies complémentaires, et les apprivoiser – afin de pérenniser notre économie.

En lien avec ses investissements :

d) S’endetter

e) Investir dans des pays émergents, en immobilier et en terres fertiles avec accès à l’eau potable

f) Garder quelques valeurs sûres et liquides (or, argent, pièces)

Bonne préparation à tous

www.setthenewgame.com