Accueil

Sur Facebook, un gardien de la paix de Molenbeek appelle à «tuer les Juifs un par un»

La bourgmestre de Molenbeek Françoise Schepmans a initié une procédure de licenciement.

Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Les propos violemment antisémites d’un gardien de la paix molenbeekois ont suscité l’indignation, vendredi soir, sur un fil public de discussion du réseau social Facebook consacré à l’exclusion du CDH de la députée bruxelloise d’origine turque Mahinur Ozdemir en raison de son refus de reconnaître le génocide subi par les Arméniens. Mohamed N., intervenant aussi sous pseudonyme de Bebeto Gladiateur, a voulu faire dévier cette discussion sur la guerre entre Israël et les Palestiniens. Il a été plusieurs fois rappelé à l’ordre par le titulaire du fil de discussion, comme par d’autres participants. Le gardien de la paix a persisté dans ses propos, lâchant : «  Rien que le nom juif, veut dire sale (…) moi si j’étais là-bas en Israël, franchement, je ferais de même avec les juifs les abattre un à un comme ils font aux Palestiniens ».

«  Juif, nom sale ; les abattre un à un » ? Ces propos antisémites émanant d’un gardien de la paix, représentant de l’autorité dans le cadre de ses missions dans les quartiers, ont été dénoncés à la Ligue Belge contre l’Antisémitisme (LBCA), qui déposera plainte et interpellera la bourgmestre de Molenbeek Françoise Schepmans (MR) dont dépend l’intéressé. «  Deux choses sont particulièrement interpellantes dans ce dossier. D’abord le fait qu’un « gardien de la paix » tienne publiquement un discours qui est la négation même des valeurs qu’il est censé incarner, promouvoir, défendre. Ensuite, je constate, non sans une certaine inquiétude, que la parole antisémite s’exprime de manière de plus en plus décomplexée dans certains cercles. Auparavant, les antisémites se cachaient derrière des pseudos ou des faux profils. Ce n’est plus le cas aujourd’hui pour certains qui semblent considérer que l’antisémitisme est une opinion comme une autre, et non pas un délit », commente Joël Rubinfeld, le président de la LBCA.

Procédure de licenciement

Cette semaine, relève la LBCA, 8 dénonciations de faits d’antisémitisme ont été rapportées auprès de la Ligue qui s’interroge sur cette poussée de fièvre antisémite. «  On a l’impression que les commémorations liées à l’attentat contre le Musée Juif ont ravivé la parole antisémite », déplore Joël Rubinfeld.

La bourgmestre de Molenbeek, Françoise Schepmans (MR) a été avisée de ces faits par l’internaute qui avait lancé le fil de discussion sur l’exclusion de la députée du CDH. «  Si ces faits sont avérés, ce Monsieur prendra la porte. La question ne se pose même pas. Les gardiens de la paix assument un rôle de contact, de médiation au sein de la population. Ils sont l’image de l’autorité communale. Ses propos me choquent. Je n’ai jamais été ambiguë sur cette question. Je ne peux tolérer pareille attitude d’un agent communal ». Une procédure de licenciement a été initiée. «  L’intéressé pourrait être convoqué dès lundi devant le Collège communal, précise Françoise Schepmans. Il sera entendu conformément aux procédures ».

Mohamed N., alias Bebeto Gladiateur, prétend que son compte Facebook a été piraté. Ce compte a été supprimé dès vendredi soir. Au cours de la conversation litigieuse, il a posté ses commentaires antisémites d’abord sous son vrai nom « Mohamed N. » qu’il a remplacé ensuite par son surnom de « Bebeto Gladiateur ». En juillet 2014, déjà, il avait posté sur son compte Facebook une parole attribuée au « Prophète » : «  Les Juifs vous combattront, mais vous serez les vainqueurs ».

Par ailleurs, le site de la Fondation de la Mémoire contemporaine, qui étudie l’histoire des Juifs et du judaïsme en Belgique au XXème siècle, a été hacké vendredi par des pirates se revendiquant de l’Etat islamique. Cette revendication pourrait être le fait de mauvais plaisants, tout comme une entreprise effectivement dirigée par des sympathisants du terrorisme islamiste.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une