Le chantier du Val Benoît dans la dernière ligne droite

Les Liégeois qui passent sur le quai Banning, à hauteur du Val Benoît, l’ont forcément remarqué : le long du quai, le bâtiment qui abritait jadis l’institut de génie civil de l’ULg est complètement désossé.

Christophe Leclercq, de la SPI, l’agence de développement pour la province de Liège, explique : « Nous avons d’abord débarrassé le bâtiment de ses amphithéâtres, qui le rendaient très sombre. Désormais, on retrouve le bâtiment d’origine, avec de grandes fenêtres ouvertes sur le quai. Et, à l’intérieur, nous disposons d’une vaste cour qui sera traversée par deux passerelles. Celles-ci permettront la circulation des personnes entre les différentes ailes. »

Le coût de la rénovation du bâtiment est élevé, de l’ordre de 25 millions d’euros. Mais le jeu en vaut la chandelle, puisque ce bâtiment deviendra, en quelque sorte, un « zoning vertical ». Installé sur cinq niveaux, il proposera un espace entreprises de 1.000 m² divisibles, ainsi que des espaces bruts, modulables, pré-équipés et aménageables directement par les entreprises sur 6.000 m³.

Selon Christophe Leclercq, « pour obtenir un même résultat dans un zoning classique, horizontal, comme on les connaît habituellement, il faudrait compter un espace trois fois plus important. »

Gain de place, donc. Mais aussi maintien d’un bâtiment emblématique de l’architecture des années 1930, que l’on doit à l’architecte liégeois Joseph Moutschen.

« Pour le mettre aux normes actuelles, un gros travail a été nécessaire, explique Christophe Leclercq. Notamment au niveau des vitrages, avec une bonne partie en triple vitrage. » On trouvera aussi des stores automatiques, une régulation de la circulation d’air entre les différentes ailes du bâtiment. De quoi transformer celui-ci en un ensemble tendant vers le zéro énergie, et une émission de CO2 minimale.

Pas de Cité des métiers

Voici deux ans, lors de la présentation de la future Cité des métiers de Liège, il avait été annoncé que celle-ci serait intégrée dans le bâtiment de génie civil. Mais cette option n’est plus à l’ordre du jour. En revanche, la Cité des métiers sera bien installée sur le site du Val Benoît, dans un autre bâtiment.

Le génie civil sera donc disponible au printemps de 2016. Il est alors prévu que débutent les travaux de rénovation du bâtiment de chimie-métallurgie, celui que l’on voit en premier lieu en arrivant de Sclessin, entre les deux ronds-points. À terme, il accueillera aussi des entreprises.

De son côté, la Ville de Liège, propriétaire de l’institut de mécanique, va bientôt vendre celui-ci. Soit pour y faire des logements, soit des bureaux, ou encore un mixte des deux. Enfin, sur le terrain de l’ancien Centre de recherches métallurgiques, la société Moury va construire des espaces de bureaux.

À l’heure actuelle, sur le site du Val Benoît, on compte 340 emplois, au Forem et à l’école d’acteurs. À terme, en 2020, on devrait passer à 1.100 emplois et à 200 habitants, puisqu’on trouvera aussi du logement sur le site.