Basket: Ostende souligne sa suprématie d’un 4e titre consécutif

Le club de la côte a dominé Mons (59-71) dans le match 4 et gagne 3-1 une finale qui lui rapporte son 16e titre.

Temps de lecture: 3 min

Cette finale, de bonne tenue à défaut d’être affolante, comme les playoffs en général, n’a fait que confirmer la suprématie d’Ostende sur la saison. Une domination qu’il exerce sans partage depuis 3 ans, et autant de doublés championnat-Coupe. Mons, qui n’a jamais été champion en 4 apothéoses, ne sera parvenu qu’à lui arracher une manche. Durant les trois autres, sans réellement démériter tant il manquait d’arguments, il a servi de faire-valoir à la formidable machine à trophées qu’est devenu le club côtier sous la conduite du coach Gjergja, grand artisan de cette réussite d’un collectif qui fait grandir ses joueurs en les soudant.

Une vague jaune de supporters convaincus, des regards perçants de détermination et une énergie qui força la première cassure dès 11-19… On sentit d’entrée qu’Ostende enlèverait son quatrième titre consécutif dès cette quatrième manche ! Il apparaissait sûr de lui : plus profond, on n’a cessé de le répéter, plus puissant, la bataille du rebond l’a confirmé, tandis que le MVP Djordjevic lui donnait vie et Serron lui insufflait cette hargne qui est son sceau. Le ballon vivait jusqu’à isoler Boukichou, la grande révélation de la saison tant son explosion a fait oublier le départ du pivot Echnique, comme Archie la blessure de Wilkinson.

La « deuxième » équipe d’Ostende déclencha la deuxième bourrasque : 19-29 ! Aussi discret qu’efficace, comme tous ses équipiers qui rayonnent dans l’ombre et se contentent d’un rôle, Salumu suivait la baguette de Marnegrave. Mons, lui, jouait en surrégime et sa défense se fissurait au fil de ses errances : 21-33. L’impatience ostendaise pointa alors… 1 minute, le temps pour Gillet et Djordjevic d’adjuger la mi-temps à 31-42 sur un tir primé chanceux.

C’était un signe ! La réussite souriait à cet Ostende insolent de supériorité… Asphyxié par cette défense qui n’aura perdu que 6 de ses 40 matchs de championnat, dont 2 sur 8 en playoffs, Mons n’y croyait plus totalement. Sa mise à mort avait commencé : 39-54 à la demi-heure et 39-59 dès l’entame d’un dernier quart aussi limpide que le match. Les responsables de la Ligue ne l’avaient pas attendu pour se préparer à la remise du trophée, le 16e titre du club côtier, dont on ne voit pas qui peut remettre en question à court terme l’avance prise grâce à un budget supérieur, mais surtout au discernement avec lequel il l’utilise, fidèle à une politique qui privilégie une identité belge et collective…

« We are BCO ! » reste donc le tube de l’été. Et c’est amplement mérité.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une