Accueil

La face cachée des grands peintres

Jan van Eyck est le premier titre d’une nouvelle collection ambitieuse des éditions Glénat.

Chef du service Culture Temps de lecture: 3 min

Trente albums figurent au programme des trois prochaines années. L’exploration ira du génie flamand de L’Agneau mystique, Jan Van Eyck, aux visions du géant hollandais de l’abstraction Piet Mondrian, en passant par les clairs-obscurs du Caravage.

Il ne s’agit pas de reconstituer la vie de chacun mais bien de les plonger dans une forme subtile d’uchronie. Dimitri Joannidès et Dominique Hé imaginent, par exemple, que Jan Van Eyck aurait pu servir d’émissaire à Philippe le Bon et, qui sait, empêcher la chute de Constantinople, la capitale de l’Empire romain d’Orient, en 1453…

L’originalité de la série tient dans la volonté de s’écarter résolument de la peinture documentaire. Les auteurs ont pour mission de s’inspirer de la biographie des grandes figures de l’art pour mieux s’en écarter et basculer dans la fiction. Le concept audacieux autorise un travail intéressant sur l’imaginaire des créateurs et de l’époque à laquelle ils ont vécu.

« Les œuvres nourrissent les albums mais elles ne forment pas le cœur du récit, précise le scénariste expert Dimitri Joannidès, dont les interviews d’artistes imaginaires sont publiées régulièrement dans La Gazette Drouot, l’hebdomadaire parisien des ventes aux enchères. Nous ne racontons pas leur histoire. Il ne s’agit pas de faire de la critique artistique mais d’attiser la curiosité des non-spécialistes, de toucher de nouveaux publics aussi. Jacques Glénat est lui-même collectionneur d’art. Il possède sa propre Fondation et c’est lui qui a eu l’idée de cette collection très particulière. »

« Il a surgi de nulle part, on ne connaît pas ses maîtres »

« La collection sera le reflet de la diversité de la peinture européenne à travers les siècles, ajoute Dimitri Joannidès. Dans la liste des albums à paraître, il y a des artistes aussi différents que le post-impressionniste Henri de Toulouse-Lautrec, le baroque Georges de la Tour, le naturaliste Le Caravage, le maître de la Renaissance flamande Pieter Breughel ou l’expressionniste Egon Schiele. Nous allons du XIVe au XXe  siècle. »

Les dessinateurs ne se mesurent pas au talent graphique de ces maîtres illustres de l’histoire de l’art. Ils cherchent simplement à s’inscrire dans l’imagerie et l’esthétique du temps, de creuser l’univers de chacun des peintres à travers la psychologie des personnages.

« Le fil de ce que l’on sait sur les peintres anciens est parfois très ténu, souligne Dimitri Joannidès. Il y a d’immenses trous dans la biographie de Jan Van Eyck, par exemple, ce qui nous permet de les combler par la fiction. Van Eyck est un maître du XVe siècle. On ne connaît pas ses maîtres. Il semble surgir de nulle part. Il a vécu à l’époque de Philippe le Bon, qui régnait sur les Pays-Bas bourguignons. Jan Van Eyck a été peintre à la Cour de Bourgogne. Il aurait pu jouer un rôle d’émissaire du prince, comme le fera Rubens, un siècle plus tard, entre les Pays-Bas espagnols et les Provinces-Unies… On peut donc y croire. L’intérêt de la fiction, c’est de pouvoir jouer du contexte politique, historique. Dans le volume consacré à Jacques-Louis David, on ne va pas célébrer le portraitiste de Napoléon Bonaparte mais l’artiste qui sort de prison après avoir échappé de peu à la guillotine. »

Outre le volume consacré à Jan Van Eyck, deux autres tomes paraissent simultanément. Dans le premier, Olivier Bleys et Benjamin Bozonnet immergent le lecteur dans les maléfices des Peintures noires de Francisco de Goya, à l’aube du XIXe siècle. Dans le second, le même Olivier Bleys transforme la vie de Toulouse-Lautrec en véritable polar sensuel, sous le pinceau espiègle de Yomgui Dumont.

Série ★★Les grands peintres, Jan Van Eyck DIMITRI JOANNIDÈS et DOMINIQUE HÉ Glénat 56 p., 14,50 €

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une