Opération antiterroriste en Belgique ce lundi: 16 personnes arrêtées

21 perquisitions ont été menées simultanément ce lundi dans le cadre de deux enquêtes en matière de terrorisme visant le milieu djihadiste tchétchène, indique le parquet fédéral. Seize personnes ont été interpellées et la police a procédé à de nombreuses saisies.

Dix mandats de perquisition ont été exécutés à Ostende. C’est en suivant la piste d’un combattant rentré de Syrie après s’être blessé que la police a découvert l’existence de cette mouvance. La police a concentré ses recherches sur les personnes parties combattre pour le groupe terroriste al-Nosra (branche d’Al-Qaïda en Syrie). Cinq perquisitions ont encore été menées à Louvain, deux à Bredene, deux à Anvers, une à Jabbeke, et une dernière à Namur.

Les djihadistes communiquaient via Whatsapp

Ces perquisitions découlent d’une instruction judiciaire menée par un juge d’instruction spécialisé en matière de terrorisme d’Anvers (division Malines), et d’une autre instruction menée par un juge d’instruction, également spécialisé en matière de terrorisme, de Flandre-Occidentale.

Ces instructions visent deux groupes qui s’avéraient être reliés entre eux, d’où la décision des autorités judiciaires d’exécuter simultanément les mandats de perquisition. Les deux groupes terroristes ont multiplié les contacts ces derniers mois notamment via l’application Whatsapp. Les forces de l’ordre auraient par ailleurs collaboré étroitement avec le gouvernement américain sur ce point.

Charles Michel salue le travail « acharné » de la police

« Je tiens à saluer le travail acharné des services de police et de justice qui ont, une fois encore, démontré la pleine mobilisation et l’entière détermination des autorités à combattre sans relâche le terrorisme. Nous ne laisserons jamais la moindre place dans notre démocratie pour toutes ces personnes qui représentent une véritable menace pour nos concitoyens », a déclaré le Premier ministre dans un communiqué

Pour Jan Jambon, ministre de l’Intérieur : « La lutte contre l’extrémisme violent est et reste l’une de nos priorités absolues. C’est pourquoi nous prévoyons des effectifs et des moyens supplémentaires pour les services de police qui mènent un travail de prévention de la radicalisation et du terrorisme, comme les Unités spéciales. Ces investissements s’avèrent une fois de plus absolument nécessaires.  »