Il n’y a jamais eu autant de réfugiés sur la planète (infographies)

Quelque 59,5 millions de personnes forcées de quitter leur maison en 2014. Le chiffre donne le tournis et témoigne d’une augmentation exponentielle : + 16 % par rapport à 2013 (51,2 millions) ! C’est la hausse la plus élevée jamais vue en un an, observe le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) dans un rapport publié ce jeudi. L’augmentation s’est amorcée en 2011, au début du conflit syrien.

Infographie : des chiffres alarmants (ici sur mobiles)

XYZ

En 2014, 42.500 individus en moyenne sont devenus réfugiés, demandeurs d’asile ou déplacés internes… chaque jour ! A l’échelle du monde, une personne sur 122 est aujourd’hui déplacée de force. Si on regroupait tout le monde dans un seul pays, ce serait le 24e Etat le plus peuplé de la planète.

La hausse est remarquable sur tous les continents : en un an, l’Europe a observé 51 % de personnes déplacées de force en plus qu’en 2013. C’est dû au grand nombre de réfugiés syriens en Turquie, à l’Ukraine et au nombre record de traversées de la Méditerranée – il y en a eu 219.000. Le nombre d’hommes et femmes déplacés de force est passé, sur ce territoire, de 4,4 millions fin 2013 à 6,7 millions fin 2014. « Dans l’Union européenne, le plus grand volume de demandes d’asile s’observe en Allemagne et en Suède », note le rapport.

Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, ce pourcentage est de + 19 %, en Afrique subsaharienne de + 17 %, en Asie de + 31 %, en Amérique de + 12 %. Dans cette dernière zone, le nombre de réfugiés colombiens a considérablement augmenté.

« C’est terrifiant que d’un côté, il y a de plus en plus d’impunité pour ceux qui commencent des conflits et que, d’un autre, la communauté internationale soit incapable de travailler ensemble pour arrêter les guerres et préserver la paix », commente Antonio Guterres, haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés.

Comment expliquer la hausse ? Le UNHCR évoque l’éclatement d’au moins 15 conflits ces cinq dernières années : huit en Afrique (République centrafricaine, Libye, Mali, Soudan du Sud, Burundi, Côte d’Ivoire, Nigeria, République démocratique du Congo), trois au Moyen-Orient (Syrie, Irak, Yémen), un en Europe (Ukraine) et trois en Asie (Kirghizistan, Myanmar et Pakistan).

Infographie : les pays d’accueil des réfugiés (ici sur mobiles)

XYZ

Peu de ces crises ont été résolues. Ainsi, la hausse du nombre de réfugiés va de pair avec une forte diminution du nombre de réfugiés pouvant retourner chez eux. En 2014, 126.800 personnes ont pu regagner leur pays d’origine, soit le chiffre le plus bas observé en 31 ans !

« Avec d’énormes pénuries de financement et de larges lacunes dans le régime mondial de protection des victimes de guerre, les gens dans le besoin sont abandonnés, dénonce Guterres. Pour une époque de déplacement de masse sans précédent, nous avons besoin d’une réponse humanitaire sans précédent et d’un engagement mondial renouvelé en faveur de la tolérance et de la protection de personnes fuyant la persécution. »

Le message est d’autant plus percutant quand on analyse le profil des déplacés, particulièrement vulnérable. Plus de la moitié des réfugiés mondiaux sont… des enfants. « Alarmant », juge le UNHCR. Ensuite, 9 sur 10 proviennent de régions économiquement défavorisées.

Le rapport ne fait finalement que pointer des évolutions attendues au vu des nombreuses actualités liées à l’immigration ces derniers mois. Mais il met une pression maximale sur l’Union européenne, qui n’a de cesse de tergiverser…

Infographie : les pays d’origine des réfugiés (ici sur mobiles)