Electrabel ne fermera pas la centrale au gaz de Drogenbos cet hiver

Changement de programme du côté d’Electrabel. Alors que la société annonçait en avril 2014 la fermeture de la centrale au gaz de Drogenbos (508 MW), et que cette centrale était candidate à la réserve stratégique, voilà que l’énergéticien a changé d’avis. Drogenbos restera ouverte tout l’hiver et jusqu’au mois d’octobre 2016.

En soi, c’est une bonne nouvelle pour la sécurité d’approvisionnement du pays. Et cela évitera de gonfler la facture de la réserve stratégique à charge du consommateur. Mais un élément interpelle : c’est la deuxième fois qu’Electrabel fait marche arrière. Il y a quelques mois, ils annulaient déjà la fermeture de six petites centrales ou turbo-jets, pour un total de 341 MW. Puis voilà aujourd’hui que 508 MW sont de retour avec Drogenbos. Deux décisions prises après que le gouvernement fédéral s’est engagé à prolonger Doel 1 et 2.

Une question : pourquoi ces centrales, jugées non rentables il y a quelques mois, le seraient-elles devenues ? Surtout que l’horizon qui se dessine ne semble pas forcément favorable au gaz. Le nucléaire pourrait en effet venir prendre pas mal de place sur le marché belge, avec la prolongation de Doel 1 et 2 et l’hypothétique retour des réacteurs microfissurés de Doel 3 et Tihange 2. Et plus le nucléaire tourne, moins il y a d’espace pour le gaz, donc moins le gaz a de chance d’être rentable.

Electrabel craint l’amende

Alors comment expliquer la stratégie d’Electrabel ? « Il s’agit de la gestion dynamique de notre portefeuille pour mettre en adéquation l’offre et la demande en fonction des besoins de nos clients. Une décision responsable et non basée sur des critères purement économiques, dans un contexte où deux de nos unités sont toujours indisponibles (les microfissurées, NDLR)  », explique-t-on chez Electrabel.

Autrement dit, Electrabel cherche à s’assurer qu’ils auront assez d’électricité pour répondre à la demande de leurs clients cet hiver. Car lorsqu’un fournisseur ne respecte pas cet équilibre, il est mis à l’amende par Elia (qui doit compenser). Et vu l’incertitude qui repose sur une bonne partie de son parc nucléaire, Electrabel semble préférer garder Drogenbos dans son propre portefeuille, quitte à renoncer au confort de la réserve stratégique (avec rémunération garantie).

Il n’empêche : certains y verront un signe que la société ne croit pas complètement au retour de Doel 1, 2, 3 ou Tihange 2 dès l’hiver prochain.

Sur le même sujet
Économie et finances