La convention de Tihange 1 mise à disposition des parlementaires

En revanche, EDF et Electrabel refusent de la rendre accessible à tous.

Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 2 min

La ministre fédérale de l’Énergie Marie-Christine Marghem a transmis dimanche au président de la Chambre Siegfried Bracke la convention prolongeant l’exploitation du réacteur nucléaire de Tihange 1, après avoir reçu le feu vert de GDF Suez, EDF France, Electrabel et EDF Luminus.

« Les entreprises signataires de la convention font savoir qu’elles acceptent de mettre la version intégrale et confidentielle du texte à la disposition des élus de la Nation dans le cadre strict d’une ’data room’. Cela implique que les députés pourront consulter la convention au Parlement notamment sans avoir la possibilité d’emporter des copies que ce soit sous forme papier ou digitale », indique la ministre dans un communiqué.

Comme une impression de « déjà-vu »

Une « data room » tout à fait similaire a déjà été organisée en mars 2014 par l’ex-secrétaire d’Etat à l’Energie Melchior Wathelet. EDF et Electrabel avaient déjà accepté à l’époque que les membres de la commission Economie puissent lire à huis clos la convention négociée avec l’Etat belge sur Tihange 1. Rien de bien neuf sous le soleil, donc. Si ce n’est que l’accès au document semble cette fois élargi à l’ensemble des députés.

Les partisans d’une transparence totale sur cette convention réclament qu’elle soit rendue publique. Mais les propriétaires de la centrale ne sont pas de cet avis.

L’ultimatum lancé par les écologistes, qui se disent prêts à diffuser ce texte (qu’ils prétendent détenir), tient-il toujours ? On en saura plus ce lundi matin. Une réunion sur le sujet entre les différents chefs de groupe à la Chambre est prévue à 9 heures.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une