La fin des Guignols à cause de Sarkozy? «C’est grotesque», clame son entourage

Auteur historique de la grande période des Guignols et co-créateur de Groland, Benoît Delépine refuse de croire au scénario catastrophe d’une disparition immédiate des Guignols. « Pour l’instant, je n’y crois pas. Ça me paraît tellement dingue », a-t-il confié au Soir.

Il voit dans la volonté de Vincent Bolloré, patron de Vivendi, de supprimer l’émission historique une manœuvre politique, actionnée par Nicolas Sarkozy. « Cela ressemble surtout à la proximité de l’élection présidentielle, avec Sarkozy. C’est une évidence totale. Or, c’est le genre de choses qu’ils ne pourraient pas faire l’année prochaine, parce que là ça se verrait trop, et ce serait un peu trop énorme. Et il y aura les primaires, avant ça. Si c’est le cas, ça me paraît une décision politique. »

► Voir l’interview dans son intégralité

Interrogé par Le Monde, l’entourage de l’ancien président français dément toute intervention de Nicolas Sarkozy pour interrompre le programme.

« C’est grotesque et ridicule. Nicolas Sarkozy n’est jamais intervenu de quelque manière que ce soit dans ce dossier. Dire qu’il serait favorable à la fin des Guignols ne repose sur rien. Au contraire, il a toujours défendu le droit à la caricature ».

Lescure claque la porte

Des son côté, l’ancien président de Canal+ Pierre Lescure a démissionné du conseil d’administration du groupe publicitaire Havas, pour protester contre le souhait prêté à Vincent Bolloré de supprimer l’émission satirique des «Guignols de l’Info», a-t-il indiqué dans un entretien accordé jeudi aux Echos.

« J’ai démissionné d’Havas en apprenant la nouvelle qu’il y avait une menace de suppression de l’émission », explique Pierre Lescure au sujet des rumeurs selon lesquelles le patron de Vivendi, qui goûterait peu la liberté de ton des marionnettes de Canal+, aurait décidé de les mettre à la retraite.