Renzi: l’Italie «n’est plus le compagnon d’infortune» de la Grèce

Temps de lecture: 1 min

L’Italie, «compagnon d’infortune» de la Grèce il y a trois-quatre ans, ne l’est plus, et les Italiens «ne doivent pas avoir peur» d’effets négatifs de cette crise, a assuré samedi le président du Conseil Matteo Renzi.

« Cessons de décrire l’Italie comme le malade de l’Europe, nous ne le sommes plus », a-t-il déclaré dans une interview à la chaîne de télévision privée Canale 5, à la veille du référendum organisé en Grèce.

« L’Italie n’a pas peur de conséquences spécifiques. Si l’Italie et la Grèce ont été des compagnons d’infortune, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Nous sommes ceux qui résolvent le problème, nous ne sommes plus le problème », a-t-il poursuivi.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une