Lewis Hamilton: «C’est toujours spécial de signer la pole ici»

Lewis Hamilton s’élancera à l’assaut de « son » Grand Prix de Grande-Bretagne depuis la pole position, devant son équipier Rosberg, les Williams et les Ferrari.

Journaliste au service Sports Temps de lecture: 3 min

Lewis Hamilton sait choisir son moment. Dominé par son équipier Nico Rosberg lors des essais libres de vendredi autant que pendant les deux premières parties (Q1 et Q2) de la qualification du GP de Grande-Bretagne, samedi à Silverstone, le Britannique a produit l’effort qu’il fallait pour s’assurer de la pole position à l’issue de la troisième partie (Q3) de cette qualif, en devançant son équipier d’un gros dixième de seconde – 113 millièmes exactement.

Pour le champion du monde en titre, il s’agit de la 8e pole de la saison (en 9 courses !), soit déjà une de plus que celles qu’il avait signées l’an dernier, preuve de son état de forme. Il s’agit aussi de la 46e pole de sa carrière, ce qui lui permet de dépasser désormais Sebastian Vettel (45) dans le livre des records, et de s’approcher de ceux de Michael Schumacher (68) et Ayrton Senna (65).

Rejoindre Clark et Mansell

En s’élançant dimanche à l’assaut de « son » Grand Prix, Lewis Hamilton aura désormais à cœur de rejoindre Jim Clark et Nigel Mansell, victorieux à trois reprises de leur « home Grand Prix ». Un bilan, et des perspectives qui ne pouvaient que réjouir le leader du championnat du monde, nanti de 10 points d’avance sur son équipier Nico Rosberg.

« C’est toujours spécial de signer la pole ici, alors qu’une foule incroyablement nombreuse est venue à Silverstone, dit le Britannique. Je suis impressionné du monde qui s’est déplacé dès ce samedi, et j’espère bien sûr pouvoir les rendre heureux demain en gagnant la course. Signer la pole n’a pas été si facile, principalement en raison du vent qui soufflait cet après-midi. J’ai dû faire évoluer les réglages de ma voiture tout au long de la séance, et j’ai finalement trouvé la solution pour devancer Nico. »

Du sous-virage pour Rosberg

Inutile de dire que celui-ci regrettait notamment de ne pas avoir pu améliorer son chrono à sa dernière tentative. « Alors que tout s’était bien passé jusque-là, j’ai été victime d’un sous-virage terrible dans les virages à gauche, ce qui m’a empêché d’améliorer mon temps, dit l’Allemand. Mais c’est comme ça, je dois l’accepter, alors que moi aussi, j’ai été très impressionné par le monde présent aujourd’hui. »

Les deux pilotes Mercedes ont devancé les Williams de Massa et Bottas d’un peu moins d’une seconde, et les Ferrari de Raikkonen et Vettel d’un peu plus d’une seconde, ce qui présage d’un Grand Prix qui devrait être à nouveau dominé par les Flèches d’Argent. A noter qu’à l’autre extrémité du peloton, les McLaren d’Alonso et Button ont à nouveau été éliminées dès la Q1, seules les Manor ayant été moins rapides qu’elles !

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une