Le citoyen belge mal protégé contre les implants

Une équipe de télé hollandaise a piégé des agences de sécurité « indépendantes » avec un filet… à mandarines.

Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

Malgré le scandale des prothèses PIP, qui avait mené des centaines de femmes à faire retirer de leur corps une prothèse potentiellement mortelle, le citoyen belge reste mal protégé contre les implants. C’est la conclusion d’une enquête publiée aujourd’hui par le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) qui assène au vitriol : « les fabricants ne doivent pas prouver que ces dispositifs apportent un réel bénéfice. Ils ne sont généralement testés que sur un tout petit nombre de personnes, et leur sécurité laisse parfois à désirer ».

Selon les experts du KCE, on est encore loin de la sécurité promise après un scandale qui avait révélé que des prothèses étaient vendues par centaines dans des arrière-cours, comme de banales paires de chaussures. La sécurité est en effet basée sur des agences de sécurité « indépendantes » qui agissent sur base des documents produits par le fabricant et rémunérées par lui. Récemment, une équipe de télé hollandaise a piégé trois de ces agences en agréant un treillis vaginal, implant utilisé contre l’affaissement du plancher pelvien. Les trois agences avaient donné leur feu vert sur base d’un rapport technique soigné… mais complètement falsifié. Les journalistes avaient bricolé l’implant en utilisant… un filet à mandarines.

Les agences n’y ont vu que du feu, ont négligé que de nombreux modèles comparables ont été retirés du marché parce que nuisibles. Bref, un coup de sonde (!) qui montre bien que le scandale PIP pourrait parfaitement se reproduire. Pour éviter cela, les experts du KCE plaident pour que seule une Agence européenne unique puisse agréer des implants pouvant présenter un risque médical élevé, comme les prothèses ou les stimulateurs cardiaques. Et, d’ici à ce qu’une nouvelle règle européenne soit installée, que la Belgique protège ses patients en exigeant des firmes qu’elles pratiquent des études cliniques ou en ne permettant qu’à une liste limitée de centres de référence de poser ces implants…

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une