En route pour le tourisme collaboratif

Voyager moins cher et plus durable à travers le monde entier.

Temps de lecture: 4 min

Les vacances ancrées dans le développement durable ont le vent en poupe. Le covoiturage est bon pour l’environnement. Tandis que dormir chez l’habitant mais aussi partager un de ses repas permet de mieux apprécier sa culture.

Repas : s’inviter chez un inconnu

De passage à Barcelone, à Miami ou à Budapest, installez-vous à table chez l’habitant. Sur eatwith.com, il annonce au préalable le menu qu’il va préparer, le prix demandé, le nombre de convives, l’endroit, le tout agrémenté de photos pour mettre en appétit. Parmi la multitude de candidatures de chef coq reçues, seules 4 % sont acceptées. De quoi vous assurer d’un mets savoureux, et souvent du terroir, fait maison et de passer une divine soirée en agréable compagnie.

Soyez un voyageur, pas un touriste !

C’est avec cette phrase qu’eatwithalocal.com vous invite à plonger tout entier dans votre pays de villégiature. Le concept est basé sur l’échange et la rencontre. Votre hôte vous concocte un repas, pour le lequel il ne vous demandera rien, ou si peu, outre votre agréable compagnie. Une façon originale de découvrir de l’intérieur un pays ou une région. De beaux souvenirs garantis.

Hébergement : louer le jardin d’un particulier pour y dresser sa tente

Vous avez envie de dormir au grand air mais avez en horreur les campings bondés et impudiques ? La plate-forme belge, gocampr.com, dédiée aux expériences de camping authentiques, est faite pour vous. Le site permet de dénicher un joli coin de gazon où dresser votre tente chez un particulier, un peu partout dans le monde (nombreuses offres en Belgique, mais également en France, au Portugal, en Croatie, en Slovénie, et même au Canada et en Turquie). Le principe se veut démocratique. De nombreux emplacements se louent entre 7 et 15 € la nuitée, en fonction du lieu (sur un toit en plein centre-ville…) et du confort fourni (barbecue, WiFi, table forestière), tandis que d’autres s’emportent à 1 € la nuitée… A ce prix-là, il n’est pas rare que le propriétaire demande un supplément de 2 € à qui souhaite prendre une douche dans la salle de bain de sa demeure. Les hôtes profitent souvent de l’espace de présentation de leur morceau de gazon pour l’agrémenter de conseils utiles pour arriver en transports en commun ou le chemin à emprunter pour s’en mettre plein les mirettes tout en pédalant. Pour s’enquérir de la disponibilité du petit paradis où vous souhaitez monter votre tente, un email et le tour est joué. Et si le cœur vous en dit, vous pouvez proposer votre propre jardin en location. Seul bémol, le site est écrit exclusivement en anglais. Quant à campinmygarden.com, il offre un service similaire (une centaine d’offres en Flandre), et est particulièrement bien fourni pour l’Angleterre.

Dormir chez l’habitant

On ne le présente plus, airbnb.be est le site incontournable pour loger chez l’habitant. Avec 34.000 villes participantes dans 192 pays, il fait office de colosse dans le tourisme collaboratif. Les avantages ? Un prix très concurrentiel avec le milieu hôtelier, une localisation souvent idéale et le plaisir de discuter avec un « local », qui vous glissera à l’oreille les bons plans et les lieux à visiter. Un exemple vécu ? Un séjour à New York, 4 nuitées en plein cœur de Manhattan dans une chambre privative, chez Fred, un New-Yorkais sympa et avenant, pour la modique somme totale de 100 € par personne… Il y a également le concept gratuit de couchsurfing.com, où un hôte propose son divan en guise de nid douillet pour les aventuriers de tout horizon.

Transport : covoiturage international

Rejoindre sa destination tout en partageant un voyage avec un conducteur sympa. Plutôt chouette, non ? Avec ses 128.225 membres, la plateforme belge eurostop.be tire sans conteste son épingle du jeu. Elle permet à chacun de voyager partout en Europe de façon plus durable, tout en partageant les frais de transport. En effet, en tant que chauffeur, vous pouvez récupérer une grande partie de vos frais en proposant vos places disponibles via Eurostop. Pour le passager, ce service est une manière sympa et économique (le tarif de partage des coûts est fixe : 4 €/100 km) d’aller partout en Europe. Au niveau des conditions sine qua non, il faut être flexible dans ses dates de départ et de retour ; mais aussi voyager léger. En effet, le coffre de la voiture n’est pas extensible. Il est fréquent que le conducteur n’accepte qu’un petit bagage par passager. Un même type de transport collaboratif a aussi été développé par blablacar.fr. Les compétences en roulage des conducteurs sont jugées par les précédents passagers. De quoi vous assurer d’un voyage en sécurité. Il suffit d’encoder les lieux de départ et de destination, de choisir son conducteur et de payer on-line le trajet, et c’est parti ! Un outil similaire existe au Québec, il s’agit de amigoexpress.com.

Taxi citoyen

Uber.com est une application vous mettant en contact avec des conducteurs de voitures confortables, lesquels jouent ensuite les chauffeurs de taxi fiables. L’offre d’Uber englobe 52 pays actuellement. Certains itinéraires ont un tarif fixe. Le prix de la course peut aisément être réparti entre plusieurs passagers, tandis que le chauffeur reçoit une note de satisfaction des personnes embarquées.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une